A la rencontre des ethnies du Bastar.

Les marchés et Dusserha sont certainement les deux meilleurs moments pour découvrir les ethnies du Bastar et leurs traditions festives. A côté des chutes de Chitrakote, à Lohandiguda, j'ai pu découvrir un de ces marchés tribaux. Mais il y en a plein d'autres à découvrir, comme à Dharba, Tokapal... Les hommes et les femmes se laissent facilement photographier, et le réclament même. J'ai eu la chance de pouvoir photographier un homme de la tribu muria, reconnaissable à l'abondance de bijoux que les deux sexes portent.

Femme du Bastar

Tokapal market

Muria bastar

J'ai aussi goûté une spécialité particulière... Et même très très particulière...

J'ai été incapable de les tester grouillantes... Mais elles étaient crues, à la fois acides de prime abord avec un fond amer au final. Bref, beurk, grimace qui a bien fait rire les mamies qui m'en ont proposées... 

Les fameuses fourmis rouges...

J'ai également eu droit à la dégustation de l'alcool local, qu'hommes et femmes des tribus consomment sur les marchés. Bien trop fort à mon goût... Le pire, c'est que certaines femmes de tribus ont pour habitude d'en faire boire à leur bébé... 

Fourmis rouges pour chutney

Photos des marchés tribaux de Tokapal, Dharba et Lohandiguda

Quant aux 75 jours de festivals pour Dussehra, les dix premiers jours et nuits, Navratri, sont riches en processions de toute sorte auxquelles les tribus participent, toutes les divinités des villages environnants sont conviées, et tous les soirs des danseurs des différentes tribus Adivasi font la démonstration de leurs danses traditionnelles dans leurs costumes de fête.
Les Adivasi vénèrent la nature sous toutes ses formes et leurs divinités ont souvent d'étranges physionomies. Ils vouent également un culte à leurs ancêtres les plus éminents, pour lesquels ils dressent des pierres ou des totems en bois. Les vaches ne semblent pas très sacrées à leurs yeux. Elles sont souvent battues avec un plaisir malsain.
Comme souvent en Asie, les femmes sont extrêmement mal traitées. Les bébés de sexe féminin qui pleurent trop sont ainsi brûlés au fer rouge sur le ventre pour les faire taire...
Quant aux Occidentales, c'est une fois encore l'opposé puisqu'elles sont sensées être la seconde incarnation de la Déesse Danteswari, même pour les purs hindous. Il n'empêche que certains hommes mal intentionnés ne se privent pas de nous toucher les fesses ou la poitrine "par mégarde" quand il y a de la foule... A chaque fois j'ai dû me protéger de mon sac a dos et plusieurs fois mon ami Sunny a du faire rempart pour m'éviter d'être importunée.

Bienvenue à Jagdalpur pendant Bastar Dussehra, le festival tribal le plus important du Bastar !

Stéphanie LANGLET sur Google+

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.