Comme une star de Bollywood pendant Dusserha...

Bastar Dusserha, appelée dans d'autres endroits Durga puja, se tiendra pendant la nuit du 24 octobre à Jagdalpur dans le Bastar. J'ai quitté l'Odisha et Koraput pour arriver suffisamment tôt dans la ville pour les festivités. Le 15 au soir a débuté la série de neuf nuits avant Dusserha, avec comme moment culminant la nuit du 24, lors de laquelle un grand char sera symboliquement volé par les tribus. D'après un des employés de la réception de l'hôtel, les tribus arriveront à pied depuis leurs différents villages dans leurs costumes traditionnels. Il devrait donc y avoir les fameux Dandami à cornes, qui portent leur coiffe uniquement pendant les festivals

Le hasard a encore bien fait les choses puisque je me suis trouvée au palais royal au moment où le Maharaja s'apprêtait à partir en procession à travers la ville. Des musiciens ont d'abord joué et chanté. Le Maharaja est ensuite descendu. La procession a débuté avec les musiciens en avant. Rapidement, plusieurs personnes en transe ont rejoint le cortège. Les musiciens jouaient avec davantage de ferveur encore, entretenant la transe. Des pétards et des fusées étincelantes ponctuaient la procession. Une sorte de brancard en bois décoré de plumes de paon est venu la rejoindre : le palanquin de la déesse. Les jeunes hommes la portant courant dans tous les sens. Une déesse est supposée venir se poser dessus.

Après une longue marche, nous sommes arrivés à un endroit où avait été dressée une sorte de balançoire. Le brancard et les gens en transe ont longuement tourné autour et d'autres personnes sont arrivées, cachant quelque chose derrière un drap blanc. Tous ont continué à tourner plusieurs fois puis le drap a été enlevé, découvrant une enfant elle aussi en transe. Elle portait des habits richement décorés et ses gestes étaient mécaniques. Selon la croyance, elle était possédée par une déesse et son corps était totalement insensible. La foule déployait une telle ferveur que je n'ai pas réussi à voir grand chose de ce qui se passait mais ma camera a réussi à capturer non sans mal quelques images. Vidéos du rituel de la kumari sur la balançoire dans l'article suivant pour ne pas surcharger la page

Le lendemain, un des employés de l'hôtel m'explique que je suis en photo dans le journal du Bastar à côté de l'enfant en transe. Il ne retrouve pas le journal du Bastar mais la photo est manifestement en couleurs et très visible. Toute la journée, j'aurai droit à des "your name is..." s'en suit un nom incompréhensible. "You were in the newspaper today. Very nice to meet you." ou des attentions diverses : taxi gratuit, tchai (thé indien)... On me traite comme une invitée spéciale et je me sens un peu comme une star de Bollywood, ce qui m'amuse beaucoup.

Touriste dans le journal du Bastar

Suite de mon récit : Bastar Dussehra

Stéphanie LANGLET sur Google+