L'enchanteresse vallée d'Arakku et ses villages tribaux

Je savais que ce voyage me ferait côtoyer les extrêmes. Après le jacuzzi face à la mer de Amar, les villages tribaux offrent un saisissant contraste. Même les bungalows face au lac connaissent de fréquentes coupures de courant et une eau chaude... froide ! J'ai opté pour Padua plutôt qu'Arakku. C'est un petit village et depuis le resort on peut se promener dans un cadre montagneux. Je suis la seule touriste et même la seule cliente du resort. Tout le monde est aux petits soins, un peu trop même, et les villageois très accueillants. Tout autour du lac, on trouve des villages tribaux. Leurs maisons colorées sont faites d'un mélange de bouse de vache et de je ne sais quoi. Comme c'est manifestement la saison où on refait les façades, l'odeur y est particulièrement forte...

Femmes adivasi Odisha

Après avoir parcouru un peu le marché du jeudi, j'ai décidé de suivre quelques femmes qui retournaient vers leur village. Le sentier longeait le lac et on ne voyait que la montagne à perte de vue. Quelques kilomètres plus loin, je suis arrivée dans un petit village très propre où les villageois se sont gentiment laissés photographier... près d'un mort reposant sous une couverture !

Adivasis de la vallée de l'Arakku

De retour au marché, j'ai découvert qu'ici la meilleure méthode pour pouvoir photographier les gens sans les importuner, c'est de fureter appareil photo à la main : ceux qui veulent être photographiés le réclament. Je me suis ainsi retrouvée à faire des clichés à la file !

Vendeuse Adivasi Odisha

Tous les matins, je m'adonne au même rituel : j'ouvre les rideaux et j'admire le lac depuis mon lit. Après une rapide toilette, je me montre pour que mon petit-déjeuner se prépare et je me balade aux abords du lac. Terre rouge, vert et jaune des champs, la nature est particulièrement belle après la mousson. Petit à petit, la brume disparaît et les montagnes se dévoilent. Les barques vont et viennent paisiblement : pêcheurs, tribus venues de l'autre côté du fleuve. Les aigrettes s'éveillent en douceur au milieu du ballet des libellules. Un troupeau de vaches et de brebis passe. Des police wallah - policiers - musclés marchent main dans la main, étrange finition de ce tableau bucolique.

Voir les photos de la Vallée d'Arakku

Suite du récit de mon voyage : Padua

Stéphanie LANGLET sur Google+

Odisha