Eat, pray, love. Mange, prie, aime d'Elizabeth Gilbert

Voilà très longtemps que j'entendais parler de ce livre sans savoir vraiment de quoi il retournait. Valérie, avec qui j'ai voyagé près de trois semaines en Indonésie en 2007, ne cessait de dire que sa lecture l'avait décidée à s'offrir ce voyage de quelques mois. L'auteur nous emmène en effet en Italie (mange), en Inde (prie) et en Indonésie (aime). Bêtement (parce que si je m'étais renseignée un minimum j'aurais su que ce n'était pas du tout le sujet...), j'imaginais un beau voyage parsemé de belles rencontres, dans ces trois pays que j'ai eu la chance de découvrir... Ô déception !

Le premier chapitre en Italie, où l'auteur passe son temps à se goinfrer de nourriture italienne et s'enivrer de vin italien, a tout de la psychothérapie, à travers l'écriture, d'une Américaine odieuse et bourrée de préjugés.  L'auteur se raconte... Cette partie, écrite alors qu'elle souffrait de dépression  suite à son divorce, est à mon goût très mal écrite et embrouillée; bref, j'ai bien failli remiser ce bouquin dans un coin... Difficile en plus d'apprécier un livre dont l'auteur vous est antipathique !

Deuxième partie : un ashram en Inde (là, je me suis dit "aïe"...). Au fil des pages, l'écriture se fait pourtant plus tolérante, presque apaisée. On sent l'auteur changer au fil des pages qui s'égrènent, on découvre un peu des mystères de la vie dans un tel lieu. Elle y trouve la sérénité à travers la méditation... non sans description de quelques expériences mystiques ! C'est là que j'ai commencé à m'intéresser un peu plus à l'histoire, pour son côté anthropologique, et du coup à son auteur qui commençait à m'intriguer (parfois un peu illuminée aussi, faut bien reconnaître...).

La dernière partie se déroule à Bali. L'auteur s'y consacre pleinement à la découverte de sa culture au travers des belles rencontres qu'elle y fait. On se retrouve complètement plongés dans l'ambiance de l'île, avec ses magnifiques habitants toujours souriants et à la philosophie si particulière. Elizabeth Gilbert ne se contente pas d'y aimer l'homme qu'elle y rencontre, elle tombe amoureuse des Balinais, de leur culture, et même de la vie ! Elle deviendrait presque attachante...

Finalement, ce livre tient peut-être du génie, puisqu'au travers de son écriture on ressent totalement les émotions et la transformation de son auteur. L'Américaine hystérique et dépressive devient peu à peu la voyageuse tolérante qui s'ouvre au monde, en passant par l'être fragile en quête désespérée de quelque chose à quoi se raccrocher. Cela dit, cela ne m'incitera pas à lire sa suite "Mes alliances. Histoires d'amour et de mariage"...


Stéphanie LANGLET sur

Indonésie