Le bouddha de Lantau et le monastère Po Lin.

Equipée de mon sac à dos, je quitte définitivement l'île de Lamma pour celle de Lantau. En plus d'être celle de l'aéroport, elle possède le bouddha le plus haut d'Asie du Sud-Est. Celui-ci, érigé sur la plus haute montagne des environs (à 750 mètres de haut), mesure 34 mètres et est constitué de 520 tonnes d'acier et de bronze, et de 1,6 tonnes d'or. J'ai gardé sa visite pour le dernier jour, mon avion ne partant qu'en fin d'après-midi.
Le ferry me dépose à Mui Wo, autrement appelé Silvermine Bay, où je trouve sans difficulté le bus pour le monastère de Po Lin. La route en lacets gravit la montagne, offrant un splendide spectacle de monts verdoyants, lacs d'altitude et parfois des échappées sur la mer. Soudain, chacun retient son souffle : là haut, dans le lointain, on aperçoit celui que tout le monde est venu voir, le bouddha. Il se met à jouer à cache-cache avec nous durant la longue route qui nous sépare. Pourtant, il en impose déjà, grandiose dans son écran verdoyant, dominant tout, écrasant tout; on ne voit plus que lui.
Enfin, le bus s'arrête sur une espalanade. Je descends, lève la tête, et c'est le choc, une sensation à couper le souffle, une impression d'être toute petite face à Tian Tan, serein et digne, qui nous contemple avec bienveillance.

Tian tan le bouddha de lantau

J'ai du mal à retenir mes larmes face à une émotion aussi forte. Je le contemple, n'ose pas encore m'approcher, m'éloigne, profitant des différentes perspectives, de la beauté du lieu.

Je décide d'emprunter le "Chemin de la Connaissance", m'éloigner de Tian Tan pour retenir cette émotion et mieux partir à sa rencontre tout à l'heure. Ce "Wisdom Path" m'intrigue et me dicte inconsciemment de le parcourir avant de gravir les 270 marches qui mènent au Nirvana bouddhiste. Je sens au fond de moi qu'il a été créé pour mettre le fidèle à l'épreuve : aura t'il la patience de suivre le Chemin de la Connaissance ou partira t'il à l'assaut de Tian Tan sans attendre ?
Une agréable promenade commence sur un sentier forestier. Je parviens à une clairière et découvre un lieu chargé de toute la spiritualité bouddhiste. Sur 38 colonnes en bois rappelant les tiges de bambou utilisées pour écrire dans l'ancien temps, le "Prajna-Paramita Hrdaya Sutra" a été calligraphié par un célèbre maître chinois, le Professeur Jao Tsung-I, à l'aide d'un énorme pinceau en poils de chèvre.


Prajna (connaissance) - Paramita (perfection) signifie la perfection de la Connaissance et Hrdaya, le coeur, l'essence. C'est pourquoi ce Sutra est plus simplement appelé the "Heart Sutra" pour résumer l'essence de la Perfection de la Connaissance de Bouddha. C'est un texte sacré, révéré par les Confucianistes, Bouddhistes et Taoïstes. Le positionnement des colonnes, leur forme et la calligraphie, respectent la topographie du lieu et symbolisent le chiffre 8, l'infini, ainsi que le concept de plénitude, un thème clé du Heart Sutra. Je me fraye un chemin au travers de la végétation pour tenter d'avoir une vue sur les environs, à l'opposé des montagnes. Au loin, je retrouve la silhouette bienveillante de Tian Tan.

Wisdom path lantau hong kong

La vue plongeante de l'autre côté est de toute beauté, mais la brume empêche d'en profiter pleinement. Je décide de me hâter avant que le temps ne soit trop couvert, et retourne vers l'esplanade. Le temps est de plus en plus couvert et je visite d'abord le beau monastère de Po Lin Ching Tze (du Bouddha assis en méditation - Ching -  sur le Précieux Lotus - Po Lin- ), espérant que le ciel va se dégager. Les couleurs sont splendides et les statues d'une exceptionnelle richesse.

Monastere po lin lantau

La végétation y occupe une place importante : larges vasques de fleurs, arbres et arbustes savamment entretenus, plantations de thé et exposition de plantes et fleurs cultivées par les moines et les nonnes.

Je pénètre dans une petite salle occupée par plusieurs statues grimaçant pour chasser les mauvais esprits. J'arrive ensuite dans une grande cour, au fond de laquelle quelques marches mènent à la pièce principale. Elle contraste avec la simplicité de la décoration de la première.

La moindre colonne de pierre ou poutre de bois a été travaillée avec une finesse remarquable. A l'intérieur, on ne sait où regarder : statues de bouddha en or, meubles d'ébène et d'or, luminaires précieux, plafonds richement peints, objets précieux, colonnes de marbre... Tout ce qui est entreposé ici doit valoir une vraie fortune et n'est fait que de matériaux précieux ! Même les portes et fenêtres sont d'une incroyable beauté.

Interieur monastere de po lin lantau

Il est temps pour moi de rejoindre Tian Tan, le Temple du Ciel. Malgré la pluie, je monte lentement pour l'admirer dans toute sa splendeur. Il est assis sur un trône en forme de lotus. La gestuelle de sa main gauche symbolise le don, pendant que sa main droite rassure. Il symbolise la relation harmonieuse entre l'Homme et la nature, les gens et la religion.

Bouddha de lantau


Huit statues plus petites en bronze l'entourent, représentant les dieux ou les immortels. Malgré la brume qui a envahi le paysage, le spectacle de ces statues faisant des offrandes à Tian Tan m'émerveille et je prends le temps de tourner autour de lui. Le Nirvana ne doit-il pas se mériter ? Et n'est-ce pas une des plus belles façons de clore un si beau voyage ?... Bye bye China, see you soon...

Stéphanie LANGLET sur Google+

Chine Tibet