Pour lutter contre les préjugés...

Lorsque de nouvelles personnes apprennent que je voyage seule avec mon sac à dos, j'ai aussitôt droit à deux remarques récurrentes. 

D'abord le fameux "Ah bon, je n'aurais jamais pensé ça de toi". Il faut croire que dans l'inconscient collectif, il existe un profil type du routard, auquel je ne correspond pas. Souvent, quand j'entends cette réflexion, je m'amuse à imaginer ce "routard type"...
Un homme (hé oui, parce que ce ne peut être qu'un homme, forcément !), la barbe de trois jours et pas très propre sur lui (parce que là aussi, c'est bien connu, on ne peut pas se laver tous les jours en voyage...), suffisamment bien taillé pour faire fuir les méchants (parce qu'il y en a plein dans ces "pays-là", bien plus qu'au coin de ma rue...), transportant un sac à dos de 30 kilos au moins (et la toile de tente, et le nécessaire de cuisine, et les comprimés pour désinfecter l'eau, et et et...).
Et là, c'est sûr qu'avec mon gabarit, je me dis que je n'ai pas le profil Rire
Pourtant, certains de mes amis me considèrent comme une aventurière, ce qui me fait également beaucoup rire... et déplait beaucoup à ma petite maman, toujours très inquiète quand je voyage (pour elle, une aventurière est prête à tout !).

La deuxième remarque ne manque pas de suivre "tu n'as pas peur de voyager toute seule?", ou sa variante "ce n'est pas trop dangereux POUR UNE FEMME de voyager toute seule?". Et je me mets à expliquer, toujours la même chose, qu'en restant chez moi j'ai aussi le risque de mourir d'un accident domestique, que je n'ai pas plus de risque d'être victime d'un accident à l'étranger qu'en traversant la route ou en conduisant ma voiture ici, que les gens sont beaucoup plus prévenants à l'étranger que dans notre chère France, que dès qu'on s'imagine que j'ai un soucis en voyage on me propose spontanément de l'aide, et que finalement je me sens bien plus en sécurité à l'étranger que dans mon propre pays.
Une petite anecdote qui vient de m'arriver pas plus tard que ce soir en est le parfait exemple : en rentrant de ma coupure déjeuner, je n'ai pas pu me garer près de mon bureau comme j'ai l'habitude de le faire, mais à 5 bonnes minutes. Il faisait nuit lorsque je suis partie et j'avançais dans la rue au bout de laquelle ma voiture était garée lorsqu'un homme jusqu'alors immobile s'est mis à marcher juste derrière moi. D'un naturel prudent, j'ai décidé de traverser la route pour rester sur un trottoir où les voitures qui passaient pouvaient me voir, plutôt que de marcher entre un mur et des voitures... Lorsque je me suis arrêtée avant de traverser, l'homme a failli me percuter tant il me suivait de près. Une première voiture est passée sans réagir à ce qui se passait, la deuxième s'est arrêtée : c'était une collègue qui, voyant ce qui se tramait, m'a proposé de me raccompagner à ma voiture. Si Domie n'était pas passée, je n'aurais eu d'autre choix que de ne pas aller en direction de ma voiture directement, quitte à refaire le tour du pâté de maisons...
Franchement, où est-ce que je prends le plus de risques, à quelques kilomètres de chez moi alors que j'habite le tranquille sud-ouest de la France, ou à l'autre bout du monde?...

Que pensez-vous de la sécurité en voyage ? Si vous souhaitez débattre sur le sujet, n'hésitez pas à créer un nouveau sujet dans le forum.

Acteurs thais à Sukkotai

 
Stéphanie LANGLET sur Google+

astuce voyage

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !