Thaïlande

  • Le Prix de la Vie en Asie

    Je vous ai expliqué que le prix d'un vol vers l'Asie n'était pas si élevé qu'on peut le penser. Sur place, les dépenses sont tout aussi peu excessives. Voyager en Thailande, en Indonésie, en Chine, en Inde promet de trouver de très beaux hébergements (accomodation en anglais) en guest house (chambre d'hote) à des prix défiant toute concurrence. En Thailande, j'ai par exemple logé dans de très beaux bungalows individuels au milieu de jardins tropicaux magnifiquement entretenus pour 8€ à Sukhothai et Mae Sot (ce dernier ayant ma préférence). Même chose à Amed sur l'ile de Bali, et dans une moindre mesure (ce n'était pas un bungalow) à Ubud. En Chine, j'ai même logé plusieurs fois dans de grandes chambres ayant une vue magnifique sur les rizières, le village de montagne, le pont du vent et de la pluie, douche eau chaude, toilettes à l'occidentale... pour 2,5€ !!! En Inde, j'ai trouvé un grand et magnifique bungalow sur pilotis, dominant la réserve tamoule de Peryar, pour 8-10€. L'adorable famille qui tenait cette guesthouse m'a ensuite réservé sans surcout un beau bungalow dans un splendide jardin tropical au milieu des backwaters du Kerala, pour le même prix.

    On peut manger très bien en Asie pour 1 ou 2€, souvent même gratuitement... C'est ce qui m'arrive très souvent, puisque je suis très facilement invitée par les locaux, que ce soit chez eux, dans leur guest house ou même au restaurant. Au Vietnam, j'ai fait une boucle dans tout le nord au départ d'Hanoi. Non seulement je n'ai croisé pratiquement aucun voyageur étranger, mais en plus je ne pouvais pas entrer dans un restaurant local sans être aussitôt invitée à partager la table et le repas (à base de chien le plus souvent...) des personnes attablées. La plupart des temples offre gracieusement de la nourriture quand on les visite également. En Inde au Cachemire, je partageais tous les repas de la famille du Houseboat sur lequel je logeais. Rien de plus authentique ! Comme justement j'aime manger authentique et comme les locaux, je privilégie toujours la petite échoppe de rue, voire le stand du marchand ambulant. Un délice et de la nourriture vraiment locale...

    Repas traditionnel indien

    Pour se déplacer, les trajets en bus ou en train sont très économiques même sur de longues distances. Attendez-vous néanmoins à payer souvent plus cher que les locaux. Difficile de négocier, même avec le sourire et en plaisantant...

    La plus grosse dépense de la journée sera très certainement pour les entrées de certains sites. Souvent, le prix est multiplié par 10, 20 voire 100 pour les étrangers !!!

  • Le Prix des Voyages en Pays Asiatique

    Voyager en Asie ne coûte pas si cher que les gens le pensent. Je suis souvent exposée à ce préjugé largement répandu : "toi tu es riche, tu peux voyager régulièrement en Asie"...

    Alors, justement, quel est le prix d'un voyage en Thailande en routard par exemple ?

    Le budget principal, c'est bien sûr le vol. Faut-il privilégier les low cost ? Ma réponse est NON. Le Golfe, en plus d'avoir les compagnies aériennes les mieux notées en terme de sécurité et d'avoir un service d'excellence, a généralement les moins chères. En plus, aucune surprise puisqu'on peut embarquer une vingtaine de kilos de bagages et que tout est compris (repas et boissons à volonté, taxes d'aéroport). Elles ont souvent un programme de fidélité très intéressant, ce qui m'a permis d'obtenir un aller retour pour le Sri Lanka l'an passé. Qatar Airways, ma compagnie préférée, vient de s'affilier à l'alliance One World, ce qui permet de pouvoir désormais avoir accès à des correspondances à prix intéressant, sur des compagnies régulières, tout en bénéficiant de la prise en charge en cas de retard et du cumul de points sur le programme de fidélité.

    C'est bien beau tout ça, mais le prix ???

    Un bon prix actuellement pour un vol aller retour Paris Bangkok, c'est aux alentours des 600€. Qatar le propose même souvent plutôt aux alentours des 500€. Et il y a quelques années, une des personnes que j'ai conseillée a même pu avoir son billet à 302€ TTC !!! Elle allait en Indonésie pour surfer notamment. En ajoutant un vol aller retour Bangkok Denpasar de Air Asia qui lui a couté dans les 100-150€, elle a donc déboursé à peu près 450€ pour un vol aller retour Paris - Bali ! Qui dit mieux ? Bien sûr, l'idéal est de pouvoir être flexible au niveau des dates de voyage, le prix pouvant varier d'un jour à l'autre. Le site de Qatar Airways propose un comparateur qui permet d'obtenir un tableau des prix sur plusieurs jours.

    Autre astuce, vous l'aurez compris, prendre une correspondance dans un des deux hubs aériens asiatiques : Bangkok ou Kuala Lumpur. Il faut bien sûr comparer, mais cela revient souvent moins cher que d'aller directement vers sa destination finale. Par exemple, lorsque je suis retournée en Indonésie, mais sur l'ile de Sulawesi cette fois. Paris - Kuala Lumpur : environ 540€. Kuala Lumpur - Makassar : environ : 150€. Soit environ 700€ pour un vol aller retour Paris - Sulawesi...

    Suite : Le cout de la vie en Asie

    Chateau de hirosaki japon

  • Ah les Thais... Attention à leur sourire...

    Me voilà de retour à Bangkok après une bien belle découverte du Myanmar.
    J'ai repris une chambre à l'Atlanta comme à mon arrivée. Bangkok n'étant pas ma tasse de thé, je paresse au soleil au bord de la piscine dans un jardin tropical. Il y a pire pour clore un voyage, non ? Je me suis octroyée un déjeuner tardif sous les arbres, pad tai et jus de fruits frais et expérimente une fois de plus toute l'honnêteté du "pays du sourire"... N'ayant qu'un billet de 1000 bahts, ma monnaie ne revenait pas malgré le nombre impressionnant d'employés occupés à discuter entre eux au restaurant de l'hôtel... Je craignais que mon billet de 1000 n'ait été "malencontreusement" pris pour un de 100... Bien sûr, ma monnaie était prête et on attendait que j'ai fini mon repas pour me l'apporter... Je retourne sur ma chaise longue et m'étonne de la monnaie rendue. Je dérange à nouveau la "souriante" (je vous rappelle qu'on est au pays du sourire...) mamie qui me rétorque qu'un pad tai crevettes coûte 10 de plus. Certe... Sauf qu'il manque près de 100 baths et qu'elle vient tout juste de ranger un billet de même valeur dans son portefeuille... J'ai eu droit aux plus plates excuses à grand renfort de sourires "francs et honnêtes" comme savent si bien les faire les habitants du pays du sourire... Mon copain douanier et sa compagne ont tant détesté le Myanmar qu'ils sont retournés au pays du sourire comme il aime le dire. Jamais au Myanmar je n'ai connu ce type d'"erreur" et jamais je n'ai ressenti l'hypocrisie d'un sourire... Myanmar, tu me manques déjà !

  • A moi le Myanmar !!!

    Il y en aura eu des péripéties, mais je l'ai enfin le fameux sésame pour la Birmanie ! Ce matin à l'aéroport de Bangkok il y avait tellement de monde qu'il a fallu attendre plus d'une heure a l'immigration. Il a ensuite fallu prendre un premier train express puis deux skytrain, changer de l'argent (ils n'ont pas voulu de mes dongs vietnamiens pour le change, grr). Arrivée à l'ambassade, des hommes d'affaire m'ont évité de faire la queue pour obtenir le numéro permettant... de faire une deuxième fois la queue ! Hé oui, je n'ai jamais vu une ambassade aussi mal organisée... On ne sait même pas s'il faut faire la queue pour avoir l'imprimé à remplir et comment ça fonctionne vraiment. Ce qui est sûr, c'est qu'il faut faire la queue une première fois (et aujourd'hui il y avait un monde fou), montrer ses documents en espérant qu'il n'en manque pas. Et là, on a deux choix : soit il manque quelque chose et il faut aller dans un magasin du quartier faire des photos ou photocopie, soit vous avez tout mais le résultat est le même : on vous balance une petite carte plastifiée orange avec votre numéro de passage... A partir de ce moment, il faut rester bien gentiment dans son coin et attendre que votre numéro s'affiche et ne surtout pas poser de questions. La réponse sera invariablement la même : on vous aboiera dessus en vous disant d'attendre qu'on appelle votre numéro. Le guichet "express" (pour les visas faits dans la journée) n'a en réalité pas grand chose d'express hormis la possibilité d'obtenir le visa le jour même. Histoire de décompresser, je suis allée manger un pad tai aux fruits de mer puis m'en prendre plein les yeux, les narines et les oreilles dans le temple indien du quartier. J'y ai rencontré une charmante famille de Birmans, à qui je devrais rendre visite à Yangon à la fin de mon périple. Après la joie de récupérer enfin mon visa, j'ai rejoint ma guesthouse dans le quartier de Sukhumvit. Krado San Road, comme d'aucun surnomme "affectueusement" cet autre quartier, est le coin des routards : bars à alcool qui coule à flots, bars à chichas, souvenirs pour routards, saleté, chambres ressemblant à des cages à poule et sans armoire (parce que c'est bien connu, un routard ne se lave et ne se change jamais...). J'ai donc voulu tester plutôt le quartier des affaires... qui porte bien son nom... Pour la guesthouse, rien à redire. Elle est dans une impasse à l'écart, propre, et il y a même une grande piscine et un jardin pour un prix très correct (640 baths). Nul doute que j'y reviendrai. Quant aux alentours... Les bars ne font pas crados comme dans Krado San Road, mais il y en a partout et ils sont bondés de jour comme de nuit. M'est avis que la présence de jeunes demoiselles très légèrement vêtues n'y est pas étrangère... On trouve beaucoup de salons de massage, devant lesquels d'autres jeunes demoiselles attirent le chaland à l'aide de leur décolleté plus que subjectif et de photos (bizarre, on ne me les a pas montrées...). On croise une ribambelle de vieux Européens dégoulinant de graisse, main dans la main avec de jeunes et souvent jolies donzelles; parfois, ce sont de jeunes hommes... Les femmes aussi peuvent faire des affaires, certains individus de la gent masculine n'étant pas en reste de regards insistants. Drôle d'impression que de se faire littéralement dévorée des yeux par un jeune kabyle aux yeux bleus, dans la partie arabe du quartier, où la plupart des femmes sont intégralement voilées et les hommes enturbannés... Décidément, ce n'est pas encore pour cette fois que je vais me mettre à aimer Bangkok ! Mon départ pour Yangon prévu demain à 7h20 me tarde particulièrement. J'ai prévu de rester deux jours dans la capitale pour profiter de Tabaung, le festival des pagodes. Je remonterai ensuite en bus jusqu'à Bagan dont les temples et les environs devraient m'occuper un bon moment, avant de profiter des marchés des cinq jours (marchés tournants) autour du lac Inle. Pour finir, je devrais découvrir d'autres minorités au nord de Mandalay... Je devrais me régaler !