L'Est de Bali.

Des tremblements de terre se sont produits à Sumatra et Sulawesi. Mais qu'importe. A Bali, il ne se passe jamais rien de grave : ils font des offrandes tous les jours. D'ailleurs, si par malheur quelque chose se produit, on redouble d'offrandes! Nous décidons néanmoins de ne pas faire de plongée sous-marine, même si nous nous dirigeons vers l'océan... Nous partons donc vers l'Est de Bali. Le détour par les villages du nord d'Ubud nous permet notre première visite de temple et de source sacrée et magique, Tirta Empul, à Tampaksiring. Les Balinais viennent s'y purifier, prier, déposer des offrandes et récupérer de l'eau dans les piscines.
Indonésie Septembre 2007 346
Nous visitons ensuite une plantation de plantes tropicales, où nous dégustons plusieurs boissons chaudes, comme le baliccino et le thé au gingembre, avant de redescendre vers le sud. A Tamanbali, village traditionnel où plusieurs films ont été tournés, nous visitons une habitation typique. Une fois passé le portail d'entrée en pierre, plusieurs édifices séparés constituent l'enclos familial. Malgré l'extrême pauvreté des lieux, la propriétaire est heureuse de nous montrer son grenier à riz où pendent des gâteaux de riz ayant servi d'offrandes, sa cuisine extrêmement sombre et aux ustensiles d'un autre temps et, à l'extérieur, toute sa fortune : un gros cochon noir dont elle semble particulièrement fière. Le temple familial représente la tête de l'enclos, les espaces pour dormir (un vieux matelas trône sous une véranda en pierre et une vielle dame est assise devant un tout petit édifice sans ouverture autre que la porte, servant de chambre aux femmes) et vivre sont ses bras, la cuisine et le grenier à riz sont ses jambes et ses pieds. On nous interdit la visite du temple du village : un mort était entreposé pendant une semaine il y a trois jours, dans la maison que nous venons de visiter. A leur mort, les Balinais sont en effet exposés d'une semaine pour tous, à 6 mois pour les brahmanes. En fonction de la richesse de la famille, on procède à la crémation en suivant ou on les met en terre pendant une durée de 2 à 5 ans, avant de procéder à une crémation collective pour réduire les frais. Nous croisons des femmes en habits de prière portant des offrandes.
Indonésie Septembre 2007 366
Nous arrivons à la tombée de la nuit à Padangbai et nous installons dans un hôtel à l'architecture traditionnelle, avec des toits en herbe à éléphants. Il suffit de traverser la route pour se retrouver sur la plage et son restaurant domine la mer.
Indonésie Septembre 2007 386
Avant de repartir, nous allons à Blue Lagoon faire du snorkelling. L'océan indien est d'un bleu magnifique et les pirogues de pêche, les prahus, ainsi que la vue sur les îles, ajoutent au charme de l'endroit.
Nous contournons ensuite le Mont Agung par différentes petites routes pour profiter de la superbe vue sur les rizières et l'océan, avant de visiter le palais flottant de Tirta Gangga. Son originalité tient essentiellement au circuit que l'on peut faire dans le bassin, en marchant sur les dalles près des statues. Comme dans tous les bassins où on ne se baigne pas, des poissons rouges porte-bonheur l'agrémentent. Le lieu est charmant et calme, malgré la présence de nombreux jeunes Balinais qui se baignent dans les piscines d'eau sacrée.
Indonésie Septembre 2007 426
Nous nous installons dans un magnifique bungalow sur la plage d'Amed, three brothers, et profitons du splendide coucher du soleil sur le Mont Agung, au moment du retour des prahus aux voiles colorées et rafistolées. La quiétude de l'endroit incite à une longue contemplation, au son des vagues.
Le soir, nous dégustons du barracuda cuit dans des feuilles de bananier. Nos hôtes et un client Italien, Guiseppe, prennent les guitares pour nous jouer des ballades balinaises et nous testons les fameuses Sapoernia, ces cigarettes aux clous de girofle qui laissent un goût si particulièrement sucré sur les lèvres. Pendant que Valérie médite près de la plage, j'en profite pour m'abandonner à la contemplation du ciel étoilé. Le bruit des vagues a remplacé le chant des grenouilles d'Aït Benhaddou... 
Difficile de quitter un endroit aussi enchanteur; nous avons l'heureuse idée de rester une journée de plus à Amed et dans les environs. Le matin, à peine réveillée, je me précipite sur la plage, avec la ferme intention d'aller admirer le retour des bâteaux de pêche dans un paysage aussi magique. Comme j'ai la surprise de retrouver Patrick, un Suisse que nous avions déjà croisé à Jogjakarta, je suis obligée d'abandonner mon idée et d'aller prendre mon petit-déjeuner. On nous emmène ensuite en scooter faire du snorkeling sur une épave japonaise. L'épave est envahie d'une multitude de poissons de toutes les tailles et toutes les couleurs. La plage, bien que recouverte de galets, est joliment décorée de nombreux prahus. Sur le chemin du retour, plusieurs points de vue nous permettent de contempler la mer et le mont Agung. La route est magnifique et le scooter ajoute encore au charme de la promenade.
 Indonésie Septembre 2007 506
Je passe le début de l'après-midi installée sur un transat au bord de la plage, sirotant thé au gingembre et jus de coco frais. Un des garçons des bungalows m'emmène ensuite en scooter au palais flottant d'Ujung. Nous retraversons les mêmes magnifiques paysages de rizières que la veille, mais je les découvre différemment depuis le scooter. La visite du palais s'avère des plus agréables, entre le blanc de ses murs, le vert de la végétation et des rizières alentours et le bleu turquoise de l'océan indien. C'est toujours la même surprise de découvrir ces rizières cotoyant palmiers, prahus et océan.
Indonésie Septembre 2007 531
Le soir, Guiseppe nous invite à partager un énorme poisson grillé et nous faisons la connaissance d'un de ses amis balinais, Ketut, grâce auquel nous découvrirons bientôt le côté authentique d'Ubud... Après nous avoir fait découvrir le vin de palme Malade la veille, Guiseppe nous offre un verre d'Arak, alcool extrêmement fort, préparé avec du vin de palme et... de l'éthanol. Cette boisson est malheureusement très appréciée des Balinais, qui ont tendance à en faire une consommation excessive. Quant à moi, un verre aura suffi à me rendre vraiment malade (qu'il était beau ce ciel plein d'étoiles tourbillonant dans tous les sens!). Je sais, ça m'apprendra à goûter n'importe quoi... Au lieu de dormir - j'avais le mal de mer dans le lit! - je passe une bonne partie de la nuit à discuter des croyances balinaises avec Ketut, et nous voilà invitées à la toute proche cérémonie de limage de dents de son épouse. 
Some earthquakes have occurred in Sumatra and Sulawesi. But never mind. in Bali, it never happens nothing serious: they make offerings every day. Besides, if God forbid something happens, they make more and more offerings! We decide nevertheless do not scuba diving, even though we are moving towards the ocean ...

The detour through the villages in the north of Ubud allows us our first visit to the temple and sacred and magical source of Tirta Empul, in Tampaksiring. The Balinese come to purify, pray, deposit offerings and fetch water in the pools.

We then visit a plantation of tropical plants, where we drink several hot drinks, as baliccino and ginger tea before returning to the south. In Tamanbali, a traditional village where several films were made, we visit a typical home. Once past the entrance gate of stone, several separated buildings make the family enclosure. Despite the extreme poverty of the place, the owner is happy to show us her attic to hang where rice cakes served with rice offerings, her extremely dark kitchen and her utensils of another time and, outside, all her fortune: a big black pig which she seems particularly proud. The family temple is the head of the house, spaces to sleep (an old mattress throne under a stone veranda and an old lady is sitting in front of a small building without any other opening than the door, serving as a bedroom for women), its arms are living, cooking and the rice granary are her legs and feet. We can't visit the village temple: one death was stored for a week there three days in the house that we just visited. Upon their death, the Balinese are indeed exposed a week for all, to six months for the Brahmans. Depending on the wealth of the family, there will be cremation following or the death will be in earth for a period of 2 to 5 years, before proceeding to a collective cremation order to reduce costs. We meet women in prayer dresses and with offerings.
We arrive at night in Padangbai and install in a hotel with traditional architecture, with grass elephants roofs. We just need to cross the road to be on the beach and the restaurant overlooks the sea.
Before leaving, we are going to Blue Lagoon for snorkelling. The Indian Ocean is from a beautiful blue and the fishing boats, prahus, and the views on the islands, add to the charm of the place.
We then scrub Mount Agung by different roads to enjoy the view on the rice fields and the ocean, before visiting the floating palace of Tirta Gangga.
We choose a beautiful bungalow on the beach of Amed, three brothers, and enjoy the beautiful sunset on Mount Agung, at the time of return of the prahus with teir patched and colorful sails.
In the evening we taste barracuda cooked in banana leaf before ending peacefully in the evening with balinese ballads played on the guitar by our host and an Italian client, Giuseppe.
We decided to spend an extra day at Amed and its environs. With the program : snorkeling on a Japanese wreck and Ujung water palace. I rediscovered the beautiful rice fields of Abang.
In the evening, Giuseppe invites us to share a huge grilled fish, and we make the acquaintance of one of his balinese friend, Ketut. After having discovered palm wine Malade the night before, Giuseppe offers us a glass of Arak, alcohol extremely strong, prepared with palm wine and ... The ethanol. This drink is unfortunately very popular among Balinese, which tend to make excessive consumption. As for me, a glass will be enough to make me really sick (It was so beautiful this sky full of stars, whirling in all directions!) . I know, I don't have to try everything....

Entre Padangbai et Amed : https://skydrive.live.com/?cid=4391f06a356f4ffc&sc=photos#cid=4391F06A356F4FFC&id=4391F06A356F4FFC%214502&sc=photos

Amed : https://skydrive.live.com/?cid=4391f06a356f4ffc&sc=photos#cid=4391F06A356F4FFC&id=4391F06A356F4FFC%214617&sc=photos

Stéphanie LANGLET sur Google+

Bali