Le Mondulkiri

Lorsqu'on voyage et qu'on aime prendre son temps, on ne peut évidemment  pas se rendre partout, même dans un pays à taille humaine comme le Cambodge. Bien que je ne planifie jamais d'itinéraire et après moult hésitations, j'avais opté pour la découverte du Ratanakiri plutôt que pour le Mondulkiri. Mais les voyages sont toujours plein de surprises et, après quelques instants passés à discuter avec elle, la famille du mariage m'avait déjà proposé de la suivre dès le lendemain... au Mondulkiri ! Nous voilà donc partis à 13 (la grand-mère, les parents, les enfants, les petits-enfants, les cousins et un voisin) dans deux gros quatre-quatre très confortables et climatisés. Destination : l'hôtel au bord du lac de Sem Monorom, la ville au "middle of somewhere".

La famille est aussi contente que moi que nous puissions passer quelques jours supplémentaires ensemble, et voudrait même que je l'accompagne à Bangkok dans quelques jours. Mais je suis venue découvrir le Cambodge et j'ai bien l'intention de visiter les temples d'Angkor. Nous passons deux jours au Mondulkiri brûlé par la sécheresse, alternant visites de plantations, prière dans des pagodes perdues dans la montagne et baignade aux cascades de Bousra. La région est enchanteresse et conforte mon envie de la redécouvrir lors d'une prochaine saison des pluies.

Les photos : http://cid-4391f06a356f4ffc.photos.live.com/browse.aspx/Cambodge%5EJ%20mars%202011.%20Mondulkiri

Stéphanie LANGLET sur Google+

Cambodge