Le Râmâyana, les monstruosités physiques des râksasî

Râma s'est associé au nouveau roi des singes Sugrîva, qui envoie son armée dans toutes les directions pour tenter de retrouver Sîtâ. Le puissant singe Hanumân, le fils du Vent, fait parti de l'expédition vers le sud. Alors que le délai imparti pour retrouver l'épouse de Râma est terminé, dans un dernier espoir, Hanumân traverse l'océan d'un gigantesque bond pour explorer l'île de Lankâ. Après la visite du palais de Râvana, le roi des râksasa, il se rend dans le magnifique bois d'asoka, où d'horribles ogresses sont les gardiennes de la belle princesse...

"Dans ses efforts pour voir Sîtâ, Hanumân aperçut un peu plus loin des râksasî à l'aspect effroyable : un seul oeil et une seule oreille, ou des oreilles si grandes qu'elles leur couvraient la tête, ou pas d'oreilles du tout, ou des oreilles en forme de crochets pointus; des narines qui leur remontaient jusqu'au sommet du crâne, une tête démesurée, un cou mince et long, les cheveux abîmés, ou bien pas de cheveux du tout, ou bien encore de la laine en guise de cheveux; les oreilles et le front tombants, le ventre et les seins pendants, les lèvres retombant sur le menton, la bouche affaissée, les genoux qui faisaient des plis; petites, grandes, bossues, tordues, naines, noiraudes, le visage tors, les yeux rouges, la figure ravagée, toutes étaient hideuses, rougeâtres ou noirâtres, coléreuses, batailleuses, et portaient d'énormes armes de fer noir : des lances, des épées et des massues. Elles avaient des museaux de sanglier, d'antilope, de tigre, de buffle, de chèvre ou de chacal, des pattes d'éléphant, de chameau ou de cheval, la tête enfoncée dans le tronc; une seule main et un seul pied, des oreilles d'âne ou de cheval, de vache ou d'éléphant, ou même de singe. Certaines avaient un nez énorme, et d'autres, qui n'avaient pas de nez, soufflaient comme des bêtes; d'autres encore avaient un nez en forme de trompe d'éléphant, ou bien avaient la bouche et le nez placés sur le front. Elles avaient de grandes pattes poilues d'éléphant ou de vache, le cou, la poitrine et le ventre, la bouche et les yeux de taille démesurée, la langue et le visage très allongés, une face de chèvre, d'éléphant, de vache ou de truie, une tête de cheval, de chameau ou d'âne.

D'un aspect effroyable, ces râksasî cherchaient querelle en brandissant d'un air menaçant leurs lances et leurs massues; une chevelure affreuse, couleur gris de fumée, surmontait leurs faces difformes. Toujours cédant à leur prédilection pour les vins et les viandes, elles ne cessaient de boire et de festoyer. Hanumân contempla ces créatures hideuses à donner la chair de poule qui, à force d'orgies de viande et de sang, avaient les membres tout ensanglantés;"

Extrait du Râmâyana de Vâlmîki, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard.

Stéphanie LANGLET sur Google+

Cambodge Indonésie Indonesia Râmâyana Thaïlande

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !