Le Lac Inle

Il m'a fallu près de douze heures de route pour atteindre Nyaungshwe depuis Bagan. Le hasard fait bien les choses. La guesthouse recommandée était pleine. En face, l'Aquarius Inn me propose une grande et belle chambre lumineuse et pleine de charme donnant sur la pagode d'en face pour 7 000 kyats (7 euros). Seul inconvénient : la salle de bains à partager, mais dès le lendemain je pourrai emménager dans une chambre qui en est dotée, à 10 000 kyats. La bâtisse est organisée autour d'un jardin rempli d'orchidées, de bonsaïs, d'arbres à agrumes, d'arbustes aux fleurs éclatantes de couleur. Des bancs, tables et balancelles en bois invitent à la détente et l'accueil est adorable. La famille est aux petits soins pour ses hôtes et chacun est accueilli avec une assiette de fruits et du thé chinois. Le propriétaire me remet un dépliant complet avec la carte de Nyaungshwe, des villages autour du lac et des sentiers, et le calendrier des marchés des cinq jours. Tout est fait pour qu'on se sente bienvenu, sans pousser à la consommation. Le soir, le jardin est joliment éclairé de lampes discrètes de différentes couleurs. Des objets anciens ou traditionnels sont disposés un peu partout. Quelques vieilles photos de famille, des chapeaux peints en bambou et des lanternes de papier parachèvent la décoration. Chaque matin, les fruits, le thé et le délicieux gâteau aux fruits secs du petit-déjeuner sont accompagnés d'un plat différent : omelette tomates-oignons, pancakes, tortilla, galettes indiennes chapati et légumes.

Le lendemain de mon arrivée, j'ai à nouveau de la chance, puisque c'est le jour du marché des cinq jours. A tour de rôle, chaque village à proximité du lac accueille un grand marché, soit tous les cinq jours.

Jolie Birmane du marché

Les femmes pao dans leur tenue traditionnelle, pantalon et veste noires ou indigo, turban à dominante rouge ou orange, viennent y vendre leurs produits ou faire leurs emplettes.

Femme pao Birmanie

Je m'imprègne de l'atmosphère une bonne partie de la matinée, goûtant quelques produits locaux qu'on m'offre, et en profite pour acheter mon déjeuner : un gros avocat délicieux et quelques mandarines assez décevantes.

Vers midi, je décide de me rendre à pied au village de Maing Tauk, à une dizaine de kilomètres de là. Le sentier a été remplacé en grande partie par une petite route, mais les paysages et les scènes de vie sont de toute beauté. Comme en ville, les montagnes dominent à l'ouest et à l'est. Lorsque j'arrive au lac Inle, le panorama est magnifique. Un long pont de 400 mètres, sur pilotis, mène des quelques habitations au sol aux maisons lacustres.

Pont lac Inlé

Dans les marais, des paysans cultivent le riz. Le ponton longe d'abord deux petits canaux, auxquels des embarcations colorées donnent un charme particulier. Plus on avance, plus le lac est présent jusqu'à ne plus pouvoir se déplacer qu'en bateau. Je reste là un long moment à observer la vie des habitants, les allers et venues des embarcations et à repondre aux pressants "hello" des enfants. En bateau à moteur, manoeuvré à la rame ou avec la jambe à la manière si particulière d'Inle, enfants et adultes arpentent les canaux devant moi, chacun maîtrisant parfaitement les techniques de navigation du lac. Alors que je reprends la route du retour, je suis interpelée par un jeune qui me propose de me ramener en bateau pour 8 000 kyats. Pas rancunier de mon refus et avec cette gentillesse si commune aux Birmans, il me présente un conducteur de scooter prêt a me ramener pour 2 000.

Celui-ci me dépose à l'entrée de la ville. Il risque sinon d'avoir des soucis. Au Myanmar, s'il arrive quoi que ce soit à un touriste, ne serait-ce qu'une petite blessure, le Birman qui l'accompagne sera tenu pour responsable et aura de très gros problèmes. L'avantage pour les courses en scooter, c'est que les conducteurs sont très prudents et conduisent lentement, contrairement à d'autres pays où ils n'hésitent pas à se faufiler entre les voitures... De retour à la guesthouse, je discute avec un couple de Français intéressés pour faire la ballade sur le lac le lendemain. A 7h30, nous partons vers le port en compagnie de Nadège et Nicole, avec qui Françoise et Bernard ont fait le trek de trois jours pour venir de Kalaw. La petite troupe embarque sur une longue barque en compagnie du pilote qui n'aura de cesse de s'adapter à nos souhaits. Il nous emmène d'abord à l'extrême sud du lac, dans un des villages qui accueillent le marché des cinq jours.

Marche au bord du lac Inlé

Le bateau stoppe dans un petit chenal et nous empruntons un étroit sentier de terre rousse. L'ambiance est vraiment authentique. Quelques buffles blancs et des charrettes assorties à la couleur de la terre donnent un charme très particulier au lieu. On se croirait en Afrique noire, et les étals de bois ou de bambou ne font que renforcer l'impression.

Charrettes

Toute la journée se fera sur le même tempo : découverte du tissage traditionnel, belles pagodes dont celles d'Inthein possédant une forêt de stûpas comme à Kakku, fabrication de l'argent, déjeuner dans un restaurant très tranquille avec vue sur le lac, navigation au milieu de canaux ou l'embarcation passe uniquement grâce à la dextérité de notre pilote...

Petites filles du lac Inlé

Nous clôturerons en prime la journée sur un magnifique coucher de soleil sur le lac. Sur notre gauche, les montagnes et le soleil couchant. De nombreux pêcheurs animent la scène et la rendent parfaite pour des photos sublimes.

A notre droite, nous avons soudain la surprise de voir deux pêcheurs aux nasses propres au lac Inle, de forme cylindrique. Inle est vraiment un des plus beaux endroits au monde. C'était une journée tout simplement parfaite...

Toutes les photos du lac Inlé

Stéphanie LANGLET sur Google+

Birmanie Myanmar

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !