Fès la bleue.

La grève des transports nous arrange finalement bien. Nous décidons de partir en train pour Fès, au lieu de visiter Essaouira, comme c'était prévu.
Premier contact avec une gare ONCF. Malgré un bazar terrible, nous obtenons rapidement billet et informations. Dans le train, notre voisin nous fait la conversation et partage gentiment avec nous son repas : sandwichs casher, yaourts et boisson gazeuse. Le partage est tellement naturel ici ! 
Fès, la plus ancienne des quatre villes impériales marocaines. Chacune a sa couleur. Pour Marrakech, c'est le rouge, le rouge de ses fabuleux remparts; A Meknès, c'est le vert qui domine, le vert des toits et des minarets; A Rabat, c'est le jaune de l'enceinte de la kasbah des Oudaïas et de ses portes. Fès, c'est le fameux bleu de Fès, celui de sa céramique, de ses portes...
 

Mélanie est contente de revoir un de ses amis québecquois qui s'y trouve justement, et nous propose de partager un grand appartement. Le confort est assez rudimentaire : nous dormons sur un matelas par terre et la douche se prend au-dessus des toilettes, mais bon, on s'adapte ! Pour ma part, je préfèrerais le contact avec les Marocains plutôt qu'avec des touristes, aussi sympatiques soient-ils, mais Mélanie ne voit pas très souvent son ami François; nous passons donc un petit moment avec eux.

Fès est une jolie ville, mais cela devient vite assez pénible avec ces gens qui passent leur temps à nous harceler pour nous entraîner dans un magasin ou nous faire "visiter" leur ville. On nous parle beaucoup de l'hospitalité berbère, mais en ville, l'hospitalité semble surtout intéressée. Nous passons néanmoins d'agréables moments à nous perdre dans les différents quartiers, à discuter avec les gens, accepter leur invitation à boire le thé et palabrer avec le sourire.
 

Nous découvrons le quartier juif, un peu plus calme, et où nous passons de longues heures agréables à nous promener et surtout faire un henné... dans un magasin de tapis !

Je reste un peu sur ma faim, n'ayant pu redécouvrir l'architecture mudéjare que j'ai tant appréciée à l'Alhambra de Grenade. Peut-être pour une prochaine visite. Inch Allah...

Stéphanie LANGLET sur Google+

Maroc