Pastorale José Mendiague, "Nous, les exilés"

En 1865, José Mendiague s'en va s'installer à son tour en Uruguay, où il connaît une vie difficile.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=GG2uoLvphoI&hd=1]

Nous, les exilés, sommes partis, en quittant le Pays Basque

Le Pays Basque est pourtant toujours resté magique à nos yeux

Dans tous ces pays parcourus, toujours magiques, source de nos inspirations

Sans égal, source de nos inspirations, force nourricière de nos rêves.

Nous, les exilés, nous avons été les compteurs d'étoiles

Dans beaucoup de lieux, compteurs d'étoiles et précurseurs

Sans autre choix, les précurseurs, explorateurs du monde

Tant de fois l'explorateur pourtant cache ses larmes.

Quel regard portent les gens du Pays sur nous, les exilés ?

On est paraît-il l'Américain, ou bien le Parisien !

Nous l'étranger, le Parisien, et pourquoi pas l'Africain ?

Cher ami Africain, nous avons tant à faire !

Nous, les exilés, appelés paraît-il, étrangers, ou morts de faim

Les païens, les morts de faim, les voleurs de travail

Désormais, ceux qui volaient jadis du travail, sommes reconnus de par le monde

Entre tous reconnus, après avoir mérité nos situations.

Paroles et musique : Jean Bordaxar.

Stéphanie LANGLET sur Google+

pays basque