Ban Rak Thaï.

Après
avoir pris quelques clichés, orangés par le soleil levant, du Wat Chong
Klang depuis la guesthouse, nous partons le visiter. Ce beau temple birman
jouit d'une situation exceptionnelle au bord du lac, lui même dans une
cuvette luxuriante entourée de montagnes. Contrairement aux temples
thaïlandais, la partie la plus sacrée des temples birmans n'est pas
accessible aux femmes (mais il est visible), et toute l'enceinte est
sacrée. En plus d'ôter les chaussures dans les différents bâtiments, il
faut donc marcher pieds nus à l'extérieur également. Son
architecture est elle aussi totalement différente et typique des
temples birmans : plusieurs pagodes blanc et or, des toits étagés et finement
ciselés, des couleurs moins criardes et un mélange de bois de teck et de
murs blancs.


L'intérieur est richement décoré lui aussi, représentant des
scènes de la vie locale passée, du prince Siddharta et du Vessantara
Jataka  (bouddhisme Theravada) : nombreuses statues peintes, en plâtre ou en bois, plus ou
moins grandes; statuettes en jade, albâtre, bronze, parfois dorées;
animaux; scènes miniatures animées; tableaux; la plupart fabriquée par des
artisans birmans au XIXème siècle. Les jataka sont les récits des différentes incarnations du Bouddha de notre ère, le Bouddha Gautama.
Pour devenir un Éveillé, le Bouddha a dû
acquérir des perfections au nombre de dix, et les dix derniers jataka
rapportent l’histoire de ces acquisitions. Le Vessantara, c'est l'histoire de son avant-dernière incarnation, sous la forme du roi Vessantara. Pour conquérir la perfection du don, il a non seulement fait don de son propre corps, mais aussi de son royaume, de sa femme et de ses enfants.


Nous passons une heure à profiter de ce beau
temple, avant de prendre la route pour Ban Rak Thaï ou Mae Aw. Ce village se situe à une
trentaine de kilomètres de Mae Hong Son, en plein sur la frontière birmane, et la route de montagne est de
toute beauté : cultures aux formes et couleurs diverses, plantations de thé,
cascades, végétation luxuriante, vues plongeantes sur la vallée. A chaque
virage, nous redécouvrons le paysage. Nous nous arrêtons fréquemment pour
prendre des photos, rire avec les enfants et discuter avec les paysans.


Il
est presque midi quand nous arrivons à Ban Rak Thaï. La traduction mot à
mot signifie "village aime Thaï" (village qui aime les Thaïs). C'est un ancien village
chinois du Kuomintang. Des partisans de Chiang Kai-shek s'y réfugièrent après leur défaite face aux communistes, avant de plonger dans la contrebande d'opium. Son architecture est typique du sud de la Chine,
avec cependant parfois des toits en feuilles mortes comme en Thaïlande.
Les bâtisses sont presque toutes des commerces aux décors chinois :
restaurants de spécialités du Yunnan, guesthouses, vente de spécialités
chinoises (thé, fruits secs, plantes médicinales, champignons séchés, vaisselle
en porcelaine…). Malgré l’aspect commercial du lieu, le village est très
agréable, avec son lac, ses troupeaux de bestiaux et les montagnes tout autour.


Nous nous installons sur la terrasse couverte d’un agréable restaurant. Pour
nous faire patienter, on nous fait déguster du thé local accompagné de
différents fruits secs. Notre plat arrive, une grande assiette joliment
présentée en bol renversé : lamelles de porc confit, légumes chinois
épicés, servis avec du riz. Un délice. Nous finissons la visite du
village, avant de partir pour une autre destination : un grand lac entouré
de montagnes, bungalows et fleurs. Malgré la vase, Fabrizio décide de se baigner
pendant que je patiente tranquillement au soleil. Sur le chemin du retour, nous
découvrons un beau sanctuaire au bord de la route. Des statues dorées de
Bouddha, drapées du tissu orange des moines thaïlandais et surmontées d’un
parasol noir et or, sont disposées sur les rochers de la montagne. Un moine
ermite vit là et s’est même constitué un petit jardin.


Nous
sommes de retour à Mae Hong Son un peu avant le coucher du soleil et nous en
profitons pour monter au temple birman en haut de la colline, le Wat Doi Kong
Mu. La montée est difficile, mais la vue sur le quartier du lac est magnifique.
En haut, les différents bâtiments sont éparpillés dans un cadre verdoyant et
les moines vaquent tranquillement à leurs occupations. Je monte le plus haut
possible et découvre un beau point de vue. Le rose du soleil teinte joliment les bâtiments et statues, et je profite égoïstement du magnifique coucher de soleil sur les montagnes.


A
la descente, nous en profitons pour visiter un autre temple, avant d’aller nous
faire masser et dîner d’un délicieux canard miel / gingembre.

Stéphanie LANGLET sur Google+