Mon périple de Mai Chau à Dien Bien.

Le moins qu'on puisse dire c'est que j'ai eu énormément de chance. La plupart des gens sont obligés de parcourir cette longue distance en deux jours alors que j'ai pu la faire en une journée, éviter de passer une nuit a Son La où il n'y a rien a voir ni à faire, et arriver à Sapa la veille du grand marché des minorités !

On m'a déposée le matin sur la route principale vers Son La, où le bus devait passer vers 9h30 - 10h. J'y suis allée plus tôt en me disant que peut-être j'aurais de la chance... A l'arrêt de bus improvisé, plusieurs jeunes étaient là à je ne sais quoi faire. Je ne sais pas pourquoi, mais je n'avais pas un très bon feeling les concernant. Quand l'un d'eux m'a questionnée sur le prix, j'ai bien compris que je ne m'étais pas trompée et je l'ai remis à sa place en plaisantant. Il voulait également m'empêcher de tenter ma chance en arrêtant une voiture... Un minibus s'arrête, complètement bondé. Une femme commence à m'expliquer qu'il vaut mieux attendre le prochain. Le jeune lui parle et soudain il devient possible de m'entasser avec les autres... pour 200 000 dongs (soit facilement le double du prix réel)... J'avoue ne pas avoir perdu mon sang froid mais les avoir traités de fous de façon a leur faire comprendre qu'on n'arnaque pas les touristes ainsi. J'ai attrapé mes affaires et j'ai avancé pour faire du stop ou être prise par un minibus sans la mauvaise influence de ce jeune. Mais que nenni, le bougre avait une mobylette et m'a rejointe après quelques minutes... Je commence à me dire que décidément je vais devoir me laisser arnaquer s'il ne me lâche pas. J'ai beau lui dire de me laisser tranquille, il reste là... J'attrape à nouveau mes affaires pour entamer la montée. Il n'était pas dit que je me laisserais faire aussi vite. "Mon" jeune me suit et je commence vraiment a m'énerver et à lui dire d'arrêter de me harceler. Comme je l'ignore ensuite, il finit par partir... Je stoppe à nouveau sur un faux plat. Au bout de quelques instants, un taxi s'arrête. Je m'excuse auprès du chauffeur de l'avoir arrêté pour rien mais il me demande où je vais. Il a deux jeunes Vietnamiens pour clients et ils se rendent... à Son La ! Je parviens à descendre le prix à 100 000 dongs et me voila partie avec ces trois sympathiques jeunes. Tout au long des quatre heures de route que nous faisons ensemble, ils ne cessent de me questionner gentiment. Ils ont d'autant plus de mérites qu'ils ne parlent presque pas anglais ! Ils se font même un devoir de ralentir le taxi pour que je prenne quelques clichés des paysages et des nombreuses personnes en tenue traditionnelle. J'arrive a Son La avant même 13h.

Mes acolytes me conduisent jusqu'à la station de bus pour Dien Bien et me confie à un des préposés en insistant bien pour qu'il me mette dans le bon bus. Je lui confie mon gros sac sans hésiter et tente de me frayer un passage jusqu'aux toilettes. Heureusement, mon gardien s'aperçoit qu'on ne me laisse pas passer et intervient en m'indiquant où aller. Le bus m'attend quand je reviens près de lui, et mon sac est déjà à l'arrière. Il n'y a que des locaux à l'intérieur. Je suis accueillie par de grands rires surpris et je profite de mon succès pour prendre des photos des chignons des femmes de la minorité thai noir.

J'ai croisé un nombre impressionnant d'ethnies en tenue traditionnelle. Je n'ai pas pu... ni voulu... toutes les photographier, comme celle-ci, l'ethnie Khang :

Il y en a d'autres que je n'ai toujours pas reussi a identifier comme celles-ci (je pense que c'est la meme) :

Je suis arrivée a Dien Bien vers 17h et j'ai pu profiter de l'ambiance du marché, où j'ai mangé une délicieuse soupe traditionnelle, le bun. J'ai même eu droit à un attroupement pour voir comment je m'en sortais avec les baguettes et à des grands rires pour être capable de manger à la vietnamienne (ou "a la Tchoi" pour les inities ;-)).

J'ai vraiment passé une journée à l'écart de tout touriste, complètement immergée dans ce pays incroyable qui sait préserver au nord sa forte culture malgré l'afflux touristique. Il est  souvent difficile de communiquer (peu de Vietnamiens parlent anglais et c'est généralement très basique) et c'est ce qui fait aussi le charme de ce pays. On a vraiment l'impression parfois que beaucoup n'ont jamais eu de contact avec un Occidental tant ils manquent d'ingéniosité pour comprendre ou se faire comprendre autrement que par les mots (ce n'est pourtant pas faute de vouloir essayer de communiquer). Pourvu que le nord reste encore longtemps comme ça et que les touristes continuent à prendre les bus "open tour" !!!

Toutes les photos : https://skydrive.live.com/?sc=photos&cid=4391f06a356f4ffc#!/?cid=4391f06a356f4ffc&sc=photos&id=4391F06A356F4FFC!14538!cid=4391F06A356F4FFC&id=4391F06A356F4FFC!14550&sc=photos

Stéphanie LANGLET sur Google+

Vietnam

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !