Pourquoi j'ai aimé mon voyage au Vietnam...

Les sourires et les rires complices dans les villages peu touristiques...
Les paysages incroyables, la végétation luxuriante, les canyons vertigineux, les déserts minéraux, la diversité des minorités et des costumes, se croire parvenue dans les Andes, que ce soit grâce a la tenue des hmongs fleurs à Bac Ha ou aux paysages de hautes montagnes luxuriantes des environs d'Ha Giang, de Dong Van et Meo Vac...
L'impression d'être parvenue au bout de la route, du monde... et dans un lieu qui n'a pas changé depuis des années, où les cochons, les chiens, les canards, les poules, les chats, les buffles... s'ébattent ensemble en toute liberté...
Voir les buffles côtoyer les tombes et les villageois qui discutent tranquillement...
La vieille ville de Dong Van, un quartier ou règne un autre temps...
Être totalement immergée dans le pays, sans aucun contact avec d'autres touristes...
Les marchés colorés des habits traditionnels des minorités... Chaque minorité a son habit et le marché hebdomadaire est l'occasion de revêtir les pièces les plus belles.
A Sapa, ce sont les costumes noirs ou indigos des hmongs noirs qui dominent, avec leurs bijoux en argent et leurs parures de cheveux argentées. Parfois, elles portent une coiffe assortie au-dessus de ces parures.

Les tenues très recherchées des dzaos rouges et noirs occupent également une place importante. Les femmes se rasent les cheveux et les sourcils. Leur peau semble incroyablement jeune et lisse. Elles portent de très longues vestes brodées au-dessus de leur pantalon et une grosse ceinture argentée très travaillée. Leur coiffe est rouge ou noire selon leur ethnie. C'est un sous-groupe des hmongs.
A Bac Ha, ce sont les costumes bariolés des hmongs fleurs qui éclatent de leurs couleurs et donnent au marché un parfum andin.
On peut également croiser quelques femmes de l'ethnie Ha Nhi, reconnaissables à leur grosse tresse.
Des Kim Miens, appelées à tort Dzaos par les Vietnamiens.
A Dong Van, les femmes hmongs blancs portent de magnifiques ceintures colorées, souvent brodées, au-dessus de leur jupe scintillante et de leur chemisier fleuri. Leur tête est souvent couverte de différents fichus, ajoutant encore à tout ce patchwork de couleurs. Il s'agit en fait d'une modernisation de la tenue traditionnelle.
Les hommes semblent tout droit sortis de Tintin au pays du lotus bleu, avec leur costume Mao et leur béret assorti, parfois de travers lorsqu'ils ont abusé de l'alcool de riz.
On trouve également beaucoup de femmes de l'ethnie giay.
A Meo Vac, pourtant à seulement une vingtaine de kilomètres de là, les ethnies sont encore différentes et on croise surtout des dzaos, des nungs et des hmongs blancs. Les gros turbans de certaines femmes dzaos sont particulièrement impressionnants.
Je n'ai malheureusement pas vu de lolos, ethnie très présente normalement à Dong Van et Meo Vac, à la coiffe particulièrement jolie. http://www.flickr.com/photos/waltercallens/371033897/in/photostream/lightbox/
Attention, je ne suis pas à l'abri d'erreurs d'identification. Ce lien m'a été particulièrement utile : http://www.flickr.com/photos/waltercallens/371136623/in/photostream/
La bonne composition des restaurateurs...

Par deux fois alors que j'entrai dans un restaurant pour manger, j'ai été tout de suite invitée à partager le repas à la table voisine sous les regards amusés et les rires complices du propriétaire des lieux...

Les "tay Balo, tay Balo" (routard, routard) entonnés par le groupe qui m'a invitée à sa table sur l'île de Quan Lan. Ils étaient aussi contents que moi de partager ce moment, même s'ils espéraient que je poursuive la soirée à boire avec eux...

L'accueil à la guesthouse de Bac Ha, où le couple prenait soin de moi comme de leur propre fille et a tout fait pour me renseigner malgré leur peu de notions d'anglais...

L'accueil sur l'île de Quan Lan, la guesthouse Minh Vu, le petit restaurant à l'entrée du village. Je n'ai pas arrêté d'être invitée tout le temps, que ce soit au restaurant ou à la guesthouse.

Tam Coc, la baie d'Halong terrestre. Les paysages et pagodes y sont somptueux, et j'ai particulièrement été émue par la salle des trois Bouddhas de celle de Bai Dinh...

Pour toutes ces raisons, tout le négatif qu'on peut entendre ou vivre au Vietnam n'est rien à côté des incroyables découvertes qu'on peut y faire. Dans le nord du Vietnam, on se sent totalement bousculé et comme dans un autre monde...

Stéphanie LANGLET sur Google+

Vietnam

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.