De feu et de pierre.

Hier je vous parlais de Kanchipuram, seule ville sainte située dans le sud du pays. Dans le sud, on vénère cinq lingams liés aux cinq éléments. A Kanchipuram, c'est celui de la terre. Dans la ville de mon étape suivante, c'est celui du feu. Le lingam, c'est une représentation du Dieu Shiva. Il s'agit d'un phallus, avec à sa base un vagin dans lequel il est emboîté, pour symboliser la création. Shiva est en effet à la fois le Dieu créateur de toutes choses, et le principe destructeur et régénérateur.
Pour se rendre à Tiruvannamalai, on traverse de superbes paysages tropicaux, où les rizières et les petits villages prédominent. Près de Mamallapuram, des Français vivant ici m'avait recommandé la visite de Gingee, à une heure de ma destination. L'arrêt que le bus y fait avant de poursuivre sa route achève de me convaincre d'y revenir le lendemain...
Pour l'heure, je découvre Tiruvannamalai. C'est une petite ville bien plus paisible que tout ce que j'ai découvert jusqu'à présent, et le propriétaire de l'hôtel, un vieux monsieur très gentil, s'efforce de tout faire pour me faciliter les choses.
Je visite le temple d'Arunachaleshwara, dont le sanctuaire, particulièrement impressionnant, est accessible aux non-hindous, ce qui est rarement le cas. Je fais la queue en compagnie des Indiens, la chaleur monte de plus en plus. Plus nous approchons du saint du saint, plus la température augmente et plus les pièces se font étroites. Les photos sont bien sûr interdites. Les prêtres ruissellent de sueur, la foule ne désemplit pas dans cet étroit sanctuaire. J'arrive devant la statue de Vishnou, propriétaire des lieux, et un prêtre me bénit d'une marque rouge sur le front. Je dois déjà sortir...

Le lendemain, je pars à la découverte de la forteresse médiévale de Gingee. Un beau complexe de temples occupe la partie basse. C'est ensuite l'ascension vers le haut du fort.
A l'origine, les remparts mesuraient 15 kilomètres de long. Il n'en reste que quelques vestiges, dont la colline de Rajagiri, royaume des singes. L'un d'eux approche jusqu'à mes pieds, je prends peur et le chasse en le frôlant d'une de mes grosses chaussures. Il me regarde en marmonnant, étonné, et je regrette mon geste : il est tout ce qu'il y a de plus inoffensif. L'ascension est sensée prendre environ 45 minutes, mais la vue est tellement magnifique que je flâne et prends plein de photos. Les singes sont tranquilles et viennent vers moi en quémandant de la nourriture. Depuis une plateforme où est posé un canon, on domine toute l'ancienne ville basse et les gopurams d'un ancien temple parfait le décor. J'ai même fait l'immense effort de prendre plusieurs photos de moi, histoire d'éviter de me faire tirer les oreilles une fois de plus, mais au bout d'un moment j'ai été délogée par un singe particulièrement agressif a mon égard.

Alors que je ne pensais passer que quelques heures a Gingee, j'y ai consacré pratiquement toute la journée, une bien belle balade au calme...

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=ea4htDACa1k&hl=fr_FR&fs=1&color1=0x3a3a3a&color2=0x999999&border=1]

Stéphanie LANGLET sur Google+

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !