La ville indienne.

Ce n'est pas tout ça, mais j'ai oublié de vous dire à quel point j'en ai marre de ce pays ! Hé oui, au bout de même pas 10 jours, j'ai déjà rempli la carte 4 Go de mon appareil photos et celle de 2Go est déjà bien entamée. A chaque voyage, j'en rachète une nouvelle, et je croyais qu'à Suzhou c'était la dernière fois, mais à ce rythme-la... Je ne cesse de tomber sur des festivités ou des scènes qui se prêtent plus facilement a la vidéo qu'à la photo, et comme je n'ai pas encore acheté le camescope, je continue avec mon appareil photos. Bref, que du bonheur ! Je me paye même le luxe de ne pas photographier ou filmer quand je suis en bus, j'ai déjà largement de quoi faire.
Mon étape suivante devait être Tanjore. Comme je dois changer de bus à Trichy, je décide d'anticiper ma découverte de cette ville, une vraie ville indienne comme on l'imagine, avec ses maisons colorées imbriquées les unes dans les autres, ses sanctuaires hindouistes, ses mosquées et ses églises logés aux endroits les plus improbables, les saris chatoyants côtoyant les blancs calots musulmans, ses bazars à la foule bigarée, ses buildings modernes jouxtant les petites maisons traditionnelles aux toits de chaume, les anciennes demeures aux frontons magnifiquement ouvragés... Le Guide du Routard n'a guère aimé la ville, moi je l'ai adorée !

Je suis d'abord montée a Rock Fort, d'où on domine la ville, LA ville indienne à perte de vue. Seuls deux temples, dont celui de Srirangam que je visiterai le lendemain, sont perdus au milieu d'un halo de verdure tropicale.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=Jl41E70d3I0&hl=fr_FR&fs=1&color1=0xcc2550&color2=0xe87a9f&border=1]Tout autour de Rock Fort, le paisible quartier possède à la fois de vieilles maisons ouvragées et des petites ruelles de petites habitations simples mais joliment agrémentées de couleurs, de plantes et de fleurs. Après le tumulte de la ville, il est fort agréable de s'y perdre, car la ville indienne, c'est aussi le concert de klaxons en continu. On dit que les Chinois sont bruyants, ce n'est rien à côté des Indiens !


Le lendemain, direction le temple de Srirangam. Il comprend pas moins de sept enceintes pour pénétrer au coeur du sanctuaire, non accessible aux non-hindous, et 21 gopurams (stupas, pagodes, prangs... chaque pays a sa propre dénomination !). Sa particularité, c'est de pouvoir accéder à sa terrasse, d'où on bénéficie d'une vue sur une bonne partie de l'édifice. Certaines de ses sculptures sont également superbes, notamment la finesse des femmes se coiffant ou se regardant dans une glace. Impossible de se lasser de découvrir des temples aussi différents les uns des autres.
Départ pour Tanjore, où je vais m'offrir l'exubérance d'une "double deluxe" (avec un accent anglais très snob s'il vous plaît...) au Tamil Nadu Hotel, une ancienne demeure princière transformée en hôtel. Enfin, deluxe... Mais c'est une autre histoire pour un jour prochain...

Stéphanie LANGLET sur Google+

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !