Peryar Wildlife sanctuary

J'ai quitté Madurai comme prévu pour le Kerala et Peryar. Il s'agit d'une réserve naturelle, dans laquelle on peut admirer la faune et la flore d'Inde. Je me suis installée dans une guesthouse magnifique, avec vue directe sur la réserve mais en dehors de celle-ci, Meadow View Inn, un vrai havre de paix au milieu de la nature.


J'occupe un bungalow en bois, ils appellent ça maison-arbre. Tout est fait en bois de teck et en bambou. La fenêtre de ma grande chambre donne sur les montagnes et la réserve. Toute la journée, c'est le concert de la nature, et les bisons, sangliers, cochons sauvages, daims et oiseaux viennent régulièrement nous rendre visite.


J'ai la chance d'être là en même temps qu'un jeune Allemand qui connaît très bien le propriétaire (il est associé sur un projet de guesthouse avec lui) et donc tous les gens du coin. Avant-hier, il m'a proposée, ainsi qu'à Sarha, une Suisse-Américaine, de partir dans l'après-midi pour le lieu de leur projet et y profiter du coucher du soleil. Nous avions vue a la fois sur le Tamil Nadu et le Kérala, c'était magnifique.


Comme Sarha et moi voulions faire un treck dans la jungle, il nous a mis en contact avec un de ses amis guide avec qui il fait régulièrement des trecks. Nous sommes donc parties hier à 5h du matin. Nous avions deux guides avec nous et nous sommes allés dans une partie de la réserve assez particulière... Il faisait nuit quand nous sommes partis, juste les bruits de la nature tout autour de nous. Nous avons eu rapidement la chance de voir un oiseau magnifique, et qu'on voit très rarement, le calao (il ne vit que dans cette partie du Kérala en plus). Il fait environ 1m50 d'envergure et le bruit de son vol est hallucinant : on dirait presque un hélicoptère. Il a plusieurs couleurs, une longue queue pleine de plumes terminée par des sortes de boules de plumes. Vraiment superbe.

Alors que nous traversions un cours d'eau et nous concentrions pour ne pas tomber, nous avons entendu un cri bizarre : un tigre !!! En fait, ils étaient deux, vraisemblablement un mâle et une femelle, et c'est la saison des amours. Ils étaient à quelques mètres de nous mais nous ne les avons malheureusement pas vus, eux si ! Comme ils sont très timides, ils se sauvent très vite. Nous avons tenté de suivre leurs traces une bonne partie de la journée et nous avons même grimpé dans un arbre et attendu un long moment en espérant leur retour : il y avait leur point d'eau et ils avaient tué un sanglier qu'ils avaient à peine commencé à manger. Même si nous ne les avons pas vus, les entendre et être aussi près d'eux a été une chance incroyable qui ne se reproduira sûrement jamais dans nos vies. Un peu plus tard, nous avons fait deux groupes, Sarha était avec le pisteur. Au bout de 5 minutes, il nous a appelés : il venait de trouver un éléphant ! Nous avons pu l'admirer, a quelques mètres de nous, manger les arbres. Babou, notre guide, a pris des branches pour nous cacher derrière pour le moment où il sortirait du bosquet. Quand il est sorti, j'ai commencé à faire du film. Quelle émotion ! Tout a coup, il nous a repérés et a commencé à avancer vers nous. Babou a agité les branches et crié pour l'effrayer, mais il lui a fallu un certain temps avant de l'impressionner.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=p4M4EWZUfc4&hl=fr_FR&fs=1&color1=0xcc2550&color2=0xe87a9f&border=1]

Il s'est sauvé puis s'est mis derrière les arbres. Soudain, il s'est mis à barrir... et à charger. Babou nous a crié "run, run", et nous avons détalé comme des lapins. Même s'il s'agissait d'un adolescent, sa taille et ses défenses étaient fort impressionnantes. Babou nous a expliqué que les éléphants en troupeaux sont inoffensifs, contrairement à un éléphant seul. Celui-ci était très en colère. Nous avons continué à le suivre. A un moment, on se serait cru dans un scène de Jurassic Parc, où les héros attendent, cachés comme ils le peuvent et en s'étant ménagé une sortie, que le gigantesque dinosaure réapparaisse de l'arbre qui le dissimule. Sauf que là on y était !!!

On a passé toute la journée à crapahuter dans la jungle, mon pantalon a plein de trous maintenant... A un moment, j'étais seule avec Babou. Nous avions un tigre à quelques mètres, mais là encore nous l'avons juste entendu et vu ses traces fraîches. Nous avons grimpé à un arbre, mais comme il n'y avait aucune prise j'étais morte de trouille et je suis restée installée à califourchon entre deux grosses branches. Impossible de me faire monter plus haut, et je me demandais comment j'allais redescendre. Nous avons également dormi autour d'un feu de camps. Les guides nous ont cuisiné un super plat, ils avaient tout prévu, une super organisation.


Ils se sont relayés pour entretenir le feu. Sarha a très bien dormi, moi pratiquement pas, d'autant que nous avions un singe roulé à nos pieds : Babou. D'ailleurs, nous avions vu un singe noir également le matin.

Ce matin, levés tôt. Les garçons nous ont préparé un super petit déjeuner puis nous sommes repartis à la chasse : bisons, traces et crottes d'éléphants, de tigres, et même de jaguars !!! Bref, Babou était super content car nous avons vu tout ce que nous pouvions voir ici, et nous aussi bien sûr ! En prime, la vue sur le lac de la réserve depuis le haut de la montagne était magnifique et la promenade du matin a été moins difficile malgré la fatigue.


Voilà une expérience inoubliable...

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=2ji3csf7mIY&hl=fr_FR&fs=1&color1=0xcc2550&color2=0xe87a9f&border=1]

Stéphanie LANGLET sur Google+

Kerala astuce voyage