Welcome to Boyfriend Emporium

L'Inde n'échappe malheureusement pas à la règle. Ici aussi, on trouve la ville côtière ou des Européennes en mal d'amour viennent se payer de petits jeunes... Mamallapuram...
Quand on parle de Mamallapuram, on entend parler de ses superbes temples en bord de mer. Ces temples ont la particularité d'être creusés directement dans la roche. Les sculptures ont représenté un travail immense et le résultat est à la hauteur de l'effort fourni. L'accès au site principal est libre.
[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=DmU0GU3CneY&hl=fr_FR&fs=1&color1=0x3a3a3a&color2=0x999999&border=1]
Un autre site, un peu plus loin, Five Rathas, est particulièrement agréable dans la lumière du matin. Quant aux temples du rivage, la fin d'après-midi se prête bien a leur découverte. La gracieuse silhouette du temple principal se détachant sur le bleu de la mer est très photogénique.


On ne précise cependant pas que Mamallapuram, c'est aussi un emporium a ciel ouvert. Il suffit de marcher dans la rue ou sur la plage pour être abordée par de jeunes hommes cherchant à vendre les articles de leur magasin pour touristes... voire leur corps... J'avoue ne pas avoir prêté particulièrement attention au phénomène, mais il est vrai que j'ai vu un nombre considérable de femmes d'un âge certain, seule ou en compagnie de jeunes Indiens... La triste loi de l'argent...
De mon côté, j'ai trouvé une jolie guesthouse à un prix dérisoire (300 roupies, soit environ 5 euros), avec une belle terrasse donnant sur la plage et ses barques colorées, et plus loin le temple du rivage. J'ai aussi découvert les agréables environs, paysage de rizières verdoyantes, de villages traditionnels aux maisons anciennes, parfois rudimentaires, souvent colorées, paysans, femmes et enfants au visage souriant, vaches aux cornes peintes, petits sanctuaires, temples bariolés... Toute une jolie campagne a la végétation luxuriante.


[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=ELshr8uxB1w&hl=fr_FR&fs=1&color1=0x3a3a3a&color2=0x999999&border=1]

Stéphanie LANGLET sur Google+