Comment surmonter la peur du premier voyage indépendant

Partir pour un premier voyage solo à l'autre bout du Monde sans structure organisée vous fait peur? Je vous comprends tout à fait!

Non pas parce que c'est une expérience dangereuse, mais tout simplement parce qu'il est totalement normal d'avoir peur de cette première fois, de l'Inconnu.

Voyageuse habituée au voyage indépendant depuis 2007, je n'ai plus aucune appréhension, quel que soit l'endroit où je me rends. Mais mon premier voyage en Asie, à Java et Bali, et même le deuxième (bon, il est vrai que c'était en Chine), m'ont particulièrement angoissée. Je me posais énormément de questions. Je n'osais pas forcément interroger d'autres voyageurs. Mon entourage avait tendance à me communiquer ses peurs...

Dans un environnement qui nous est inconnu, nous avons tous besoin d'être rassuré. C'est précisément l'objet de cet article, où je vous livre 28 astuces pour surmonter cette peur légitime du premier voyage solo à l'autre bout du Monde, que vous voyagiez seul(e), en couple, en famille ou entre amis.

Si malgré toutes ces astuces vous n'osez toujours pas sauter le pas seul, je peux vous accompagner pour faciliter votre premier voyage, en fonction de votre destination et de mes disponibilités (utilisez le formulaire de contact à la fin de l'article).

Cet article a été écrit avec l'Asie en tête, mais est valable pour les autres continents.

Sur ce même thème des craintes liés au voyage à l'autre bout du Monde, je vous recommande la lecture de mon article sur le budget d'un voyage en Asie (prix des vols notamment) et celui sur le coût de la vie en Asie.

 

 

Stéphanie Langlet et des Sikhs à Delhi

 

1. Trouvez des contacts sur place avant votre départ.

Pour mon premier voyage solo en Asie, j'étais en contact avec d'autres voyageurs français présents en même temps que moi. Savoir qu'en cas de coup dur on peut rejoindre ou contacter des personnes qui sont sur place a un côté très rassurant. C'était aussi ma première expérience solo et je ne savais pas si j'étais faite pour ce mode de voyage. 

De Jakarta, j'ai pris le train pour Bandung, une petite ville de la côte sud. J'ai ensuite rejoint Yogyakarta toujours par le train, ce qui m'a permis d'admirer les paysages et de m'habituer en douceur. J'étais en contact avec Valérie, une Française vivant à San Francisco. Après une semaine agréable seule, nous nous sommes rejoint à Borobudur. Comme nous avions les mêmes envies de découverte et d'autonomie, nous avons décidé de continuer notre voyage toutes les deux, d'abord à la découverte du volcan Bromo, puis de Bali. Nous avons pu partager les frais de voiture de location, partager des moments ensemble, tout en nous accordant des moments d'indépendance, notamment à Ubud. Ce fonctionnement nous a permis d'avoir un contact privilégié avec les locaux, naturellement attirés par les voyageurs solos.

J'ai vite compris que ce mode de voyage indépendant et solo était fait pour moi. Il donne la possibilité de voyager avec les personnes que l'on choisit pour un temps déterminé, sans les nécessaires concessions à ce qu'on souhaite faire d'un voyage organisé ou à plusieurs.

 

Pour un premier voyage à l'autre bout du Monde, l'Indonésie, notamment Java et Bali, est une destination idéale pour s'acclimater en douceur au voyage indépendant. 

 

Balinais en prière

 

2. Achetez une carte sim locale

Plutôt que de dépenser une fortune en utilisant votre abonnement français, achetez une carte sim locale. C'est très facile et bon marché (généralement 1 ou 2€). Vous en trouverez à peu près partout. Vous devrez souvent remplir un dossier complet, fournir une photocopie de votre passeport et des photos d'identité.

Assurez-vous avant votre départ que votre téléphone n'est pas bloqué par votre opérateur. Si c'est le cas, demandez un désimlockage. Si vous oubliez cette vérification, rassurez-vous: vous trouverez facilement des boutiques de téléphone vendant des portables pour une somme modique.

 

Petite astuce: il arrive souvent que les SMS n'arrivent pas à destination quand on les envoie à l'étranger. Envoyez un mail aux gens avec qui vous voulez rester en contact, et demandez leur de vous envoyer un SMS sur votre nouveau numéro. En faisant "répondre" au SMS, vous êtes sûr qu'il arrivera à destination. 

 

3. Prévoyez de l'argent liquide.

Si vous avez une carte bancaire internationale, elle vous sera bien sûr utile partout, sauf en Birmanie (Myanmar) où quelques distributeurs de billets (ATM) commencent néabmoins à accepter les cartes étrangères.

Je vous recommande d'avoir une réserve d'argent pour deux raisons:

- votre banque peut bloquer votre carte à l'étranger sans vous prévenir. C'est arrivé à la Française avec qui j'ai voyagé à Java et Bali. Ca m'est arrivé au Sri Lanka. Dès le premier essai de retrait à l'aéroport de Colombo, ma carte a été refusée. Après avoir tenté sur plusieurs distributeurs, j'ai dû changer certains de mes euros. Ma banque était pourtant informée de mon voyage. J'ai dû attendre une semaine pour que le problème soit enfin résolu!

- vous pourrez changer vos euros à la fin de votre voyage plutôt que de faire un dernier retrait, et vous éviter ainsi une dernière commission.

 

Mon conseil: conservez vos euros à un endroit différent de votre carte bancaire et de votre argent local. En cas de vol, vous ne perdrez pas tout. 

 

4. Constituez une trousse médicale.

Prévoyez votre traitement habituel si vous en avez un. Si vous partez longtemps, votre médecin peut exceptionnellement demander une délivrance anticipée.

Prenez également du paracétamol pour les douleurs et fièvres, spasfon pour les douleurs à l'estomac, des anti-diarrhéiques, quelques pansements et du bandage, des ciseaux (dans le bagage de soute même s'ils sont à bout rond, la douane étrangère pouvant être bornée).

Demandez la version de médicaments à prendre sans eau (lyoc).

Si vous comptez randonner ou marcher en dehors des villes, pensez à l'aspivenin et à la couverture de survie.

Ne vous encombrez pas. Vous trouverez des pharmacies officielles sur place.

Achetez sur place du baume du tigre, très efficace pour soulager des piqûres d'insecte, courbatures et douleurs diverses.

 

Mon astuce: j'ai toujours des comprimés anti nausée et je les distribue aux locaux qui sont malades dans le bus!

 

5. Protégez-vous des moustiques.

Le problème des moustiques ne doit pas être pris à la légère mais ne pas tourner non plus à l'obsession.

 

Plusieurs conseils:

- Assurez-vous que c'est la saison des moustiques! Les traitements médicamenteux peuvent avoir des effets secondaires très désagréables et ce serait dommage d'en prendre pour rien.

- Renseignez-vous sur la dangerosité car le traitement ne sera pas le même. Alors que dans la plupart des cas, un spray anti-moustiques est suffisant et INDISPENSABLE le soir, il serait très imprudent de se rendre par exemple dans le Nord Est du Cambodge sans traitement médical préventif. Dans ce type de zone fortement impaludée, il est aussi recommandé d'imprégner ses vêtements. Je n'ai jamais été piquée au Cambodge mais j'ai rencontré un jeune couple insouscient couvert de piqûres et qui m'a avoué ne prendre aucun traitement préventif...

- Achetez les sprays insecticides locaux comme ceux de la marque Soffell. Très efficaces car adaptés aux moustiques locaux, ils sont en plus moins nocifs pour l'environnement que les produits type 5/5 Tropic. En plus, ils sentent bons!

- Demandez à votre médecin de vous prescrire de la doxycycline si vous devez prendre un traitement préventif. C'est beaucoup moins onéreux que la Malarone hors de prix et c'est le traitement le plus efficace (c'est celui que prend l'armée!). Les effets secondaires sont moins importants. Attention cependant au risque de photosensibilité cutanée. Lisez impérativement cet article avant d'opter pour ce traitement. 

 

Mon astuce: demandez un ventilateur à votre hôtelier. C'est très efficace pour empêcher les moustiques de vous approcher et évite de s'encombrer de la moustiquaire.

 

Anti moustiques soffell

 

6. Vérifiez les vaccins indispensables.

Au fil de vos voyages, vous vous apercevrez vite qu'il s'agit toujours des mêmes vaccins selon la région du monde.

 

Pour l'Asie, en plus des vaccins classiques, je reste à jour pour l'hépatite A et la fièvre typhoïde.

L'hépatite A est transmise par la nourriture, les boissons ou objets contaminés par des excréments. Le vaccin est donc extrêmement recommandé pour l'Asie / Océanie, l'Afrique, l'Amérique latine / Caraïbes, l'Europe de l'Est et le Proche et Moyen-Orient.

La fièvre typhoïde est transmise par l'ingestion de viandes peu cuites, de boissons ou d'aliments souillés par les selles d'une personne infectée, malade ou porteur sain. La zone endémique est la même.

J'avais été vaccinée contre l'hépatite B lors de la campagne de 1994. Ce vaccin protège à priori toute la vie, mais a fait l'objet de controverses.

Bien que je m'aventure souvent seule dans des zones reculées, je ne suis pas vaccinée contre la rage. A vous de voir quel sera votre choix. Jusqu'à présent, bien qu'ayant croisé de nombreux chiens errants et quelques rats, le risque ne m'a pas semblé suffisant pour faire le vaccin.

 

La fièvre jaune ne sévit que dans certains pays d'Afrique et d'Amérique latine.

 

Mon conseil: même si vous faites confiance à votre médecin, assurez-vous qu'il se renseigne bien. Même un médecin très sérieux ne peut pas tout connaître. Le médecin de confiance est celui qui saura avouer ses lacunes et se tourner vers la bonne source d'information.

 

7. Essayez la nourriture locale.

La découverte d'un pays se fait aussi à travers ses spécialités culinaires. Il serait dommage de vous en priver par peur d'être malade.

Avant de manger, lavez vous les mains avec du savon sans eau anti-virus et bactéries acheté avant votre départ. N'en faites cependant pas une obsession, sous peine d'abîmer vos mains.

J'évite autant que possible les aliments crûs, ce qui peut s'avérer difficile si vous êtes souvent invités comme moi.

Si j'opte pour un étal de rue, je regarde s'il utilise de l'eau relativement claire pour nettoyer les assiettes, voire des couverts jetables.

Pour vos premiers voyages, essayez de trouver un étal qui dispose d'un local (c'est comme un petit restaurant). Par la suite, vous verrez que votre estomac est de plus en plus résistant.

 

Mon astuce qui surprend beaucoup: les rares fois où je sens mon estomac légèrement dérangé, je mange davantage épicé! Manifestement, les épices tuent les bactéries et je me remets très vite. Les locaux ont aussi souvent des astuces pour lutter contre la tourista.

 

8. L'utilisation de l'eau en bouteille.

Pour limiter les risques lors des premiers voyages, il est fortement recommandé de se brosser les dents avec de l'eau en bouteille. De même, si vous portez des lentilles de contact comme moi, je vous recommande le lavage des mains avec de l'eau en bouteille avant de les manipuler. Personnellement, j'opte pour les lentilles jetables un jour afin d'éviter une contamination oculaire.

 

Mon conseil: demandez systématiquement à vos hôtes si l'eau qu'ils vous offrent est en bouteille. Pendant deux semaines, mes amis de Jagdalpur m'ont fait boire de l'eau du robinet, sans savoir que c'était dangereux pour moi. Pour preuve que mon estomac supporte de mieux en mieux, je n'ai ressenti les effets qu'au moment de mon départ, en même temps que le tonton! 

 

9. Prévoyez un itinéraire.

Préparez un itinéraire permet de se familiariser avec le pays et sa géographie. Notamment pour les premiers voyages, l'itinéraire peut avoir un côté rassurant. N'hésitez cependant pas à en sortir pour découvrir d'autres endroits qu'on vous recommande, ou rester plus longtemps dans un endroit qui vous plaît particulièrement.

Evitez, comme je l'ai déjà vu faire, de planifier absolument tout, même l'horaire du bus ou du train. Vous ne pourrez de toute façon pas vous y tenir et cela risque de vous angoisser inutilement.

 

Mon astuce: j'utilise parfois Tripline. Ce site me permet de construire mon itinéraire directement sur une carte et d'y consigner des informations ou liens utiles.

Le but n'est pas de faire tout l'itinéraire envisagé. Si vous avez envie de prendre votre temps, n'hésitez pas à le faire.

 

10. Réservez la première nuit d'hôtel.

Encore aujourd'hui, si mon vol arrive tardivement (milieu d'après-midi ou soir), je réserve ma première nuit d'hôtel. Ca évite le tracas de la recherche d'un hébergement après un long vol et permet de profiter un peu de sa fin de journée ou soirée.

J'utilise souvent le site de Booking (lien affilié). Je privilégie les guesthouses (chambres d'hôtes). Par extension en Asie, le terme est utilisé pour tous les endroits qui ne font pas parti d'une chaine ou marque hôtelière.

 

Mon conseil: si vous vous déplacez en transport en commun dans le pays, privilégiez les départs le matin afin d'arriver suffisamment tôt pour chercher tranquillement votre hébergement. En ne réservant pas à l'avance, vous aurez souvent un meilleur prix. Vous pourrez en plus voir et choisir votre chambre.  

 

11. Trouver des hébergements confortables.

J'entends souvent: "je ne pourrais pas voyager comme toi, j'aime trop mon confort."

Même à l'autre bout du Monde, vous trouverez des chambres confortables. Personnellement, mon mimimum "vital", c'est une chambre individuelle avec ma propre salle d'eau. On en trouve sans difficulté pour un prix généralement modique. Dans certains pays comme la Thaïlande ou l'Indonésie, on trouve des endroits charmants pour 8-10€. Par contre, en Birmanie, les prix sont excessifs pour un confort très basique (souvent 20$). En Inde, les prix sont relativement corrects, bien qu'en augmentation, mais ne vous attendez pas à un service haut de gamme hormis dans les établissements haut de gamme.

 

Mon conseil: n'hésitez pas à négocier le prix, à condition bien sûr que le prix ne soit pas déjà excessivement bas.

 

12. Renseignez-vous sur les forums ou auprès d'autres voyageurs.

Les forums et les autres voyageurs peuvent être une source d'information inestimable.

S'ils connaissent votre destination, ils peuvent notamment vous communiquer leurs contacts sur place. Ils peuvent également vous rassurer.

Attention cependant à ne pas tout prendre au pied de la lettre. Sur certains forums, certaines personnes aiment à s'auto-proclamer expert d'une destination et ne laissent pas la parole aux avis complémentaires ou divergents.

 

Astuce: pour l'Inde, si vous parlez anglais, le forum Indiamike est une très bonne source d'information. Jusqu'à présent je n'ai jamais été confrontée à de l'animosité, contrairement au forum francophone Voyage Forum. 

 

13. Souriez et parlez aux gens.

Avez-vous déjà remarqué comme le comportement d'une personne peut influencer les autres? Ses paroles, ses gestes, sa façon de se tenir, l'expression de son visage, tout va contribuer à créer un climat positif... ou négatif. C'est ce qu'on appelle l'effet miroir. Autrement dit: le comportement nourrit le comportement.

Alors souriez, parlez aux gens et ne soyez pas sur la défensive. Vous verrez vite que les locaux apprécieront de communiquer avec vous, même si ce n'est que par gestes et que vous n'avez pas à vous méfier de tout le monde. Comme partout ailleurs, il y a des gens de confiance et d'autres qui le sont moins. Ne vous mettez pas en tête que tout le monde veut vous arnaquer ou vous voler. Pensez-vous que tous les gens que vous croisez dans votre pays sont indignes de confiance? Certainement pas. Hé bien dîtes-vous bien que c'est la même chose partout et que la plupart des gens avec qui vous parlerez, notamment en Asie, sont surtout curieux de savoir qui vous êtes, d'où vous venez, etc. Et si vous appliquez le conseil n°14, vous ne devriez pas avoir de problème.  

Dîtes-vous aussi que la plupart des arnaques localisées sont connues, d'où l'intérêt de lire les recommandations pour votre destination sur les forums et guides de voyage. A Paris, vous êtes sur vos gardes dans le métro et les bus notamment. Sachez qu'à Bangkok, une mafia très organisée sévit, avec l'aide d'Occidentaux, et l'arnaque aux bijoux est très connue.

En cas de problème, vous pouvez également compter sur l'aide des locaux. Un jour en Egypte, un jeune homme s'est mis à me suivre. J'ai fait demi-tour pour retourner dans le village dont il venait et crié pour alerter les gens. Tous les habitants sont sortis et ont entouré le jeune homme pour l'empêcher de me suivre. Ils m'ont expliqué que c'était "l'idiot du village". Ils étaient désolés et ne cessaient de s'excuser. Je les ai rassurés en les remerciant de leur aide et en leur disant que j'étais là depuis trois semaines et n'avais jamais eu de problème avec les locaux, bien au contraire. 

 

Mon astuce pour aller à la rencontre des locaux: soyez curieux, montrez votre intérêt! Approchez pour regarder des festivités, photographier ou filmer. Vous serez très certainement invités comme moi à de nombreux mariages, des funérailles (elles sont gaies en Asie!), à manger, boire un thé, même voyager avec des familles. Vous apprendrez beaucoup de choses sur la culture locale que vos hôtes vous expliquera avec fierté.

Et par pitié, n'appliquez pas le conseil que je viens de lire, hormis face à une véritable situation de danger: hurler sur la personne qui s'approche de vous, la chasser en l'insultant et la menaçant. Vous ne vous comportez pas comme des sauvages dans votre pays? Faites de même ailleurs! 

 

14. Soyez sûrs de vous.

Le complément indispensable au sourire pour faire de belles rencontres!

Non seulement votre assurance a de fortes chances de faire fuir les agresseurs potentiels, mais couplée au sourire, elle attirera naturellement les gens vers vous.

Lorsque j'étais formatrice, j'ai suivi puis donner des cours de self défense. Notre formateur, un policier comportementaliste reconnu, nous a démontré qu'il était capable d'identifier les personnes susceptibles de se faire agresser, à travers leur démarche et leur posture.

A la fin de mon voyage au Vietnam, j'ai passé quelques jours avec une Française rencontrée dans un bus. Elle était extrêmement stressée et sur la défensive à l'égard des locaux, et nous avons échangé sur le sujet. En passant ces quelques jours avec moi, elle s'est totalement détendue et a pu faire elle aussi de belles rencontres. 

Dans de nombreuses parties du Monde, les locaux sont beaucoup plus intuitifs que nous. Ils suivent leur instinct et là encore, un comportement sûr de soi aura un impact positif sur les autres.

 

Une de mes anecdotes favorites: en Thaïlande, près de la frontière birmane, j'ai été "adoptée" par des moines birmans et j'ai passé deux merveilleuses semaines avec eux. Lors de mon voyage suivant, au Cambodge, je me demandais si les moines bouddhistes étaient aussi ouverts que les moines birmans ou aussi distants, voire antipathiques, que les moines thaïlandais.

Lors de ma première visite de temple, je me posais cette question, n'étais pas à l'aise et ne souriais pas. Personne n'est venu vers moi.

Pour mon deuxième temple, un local m'avait emmenée sur son scooter. Je suis arrivée détendue et souriante. Et j'ai passé plus de deux heures à discuter avec les moines!

Depuis, autant vous dire que je m'applique à être systématiquement à l'aise et souriante, où que je sois.

 

15. Ecoutez les conseils des locaux.

Qui mieux qu'un local va pouvoir vous renseigner sur son pays, vous dévoiler des petits lieux secrets, des festivals hors des sentiers battus?

De même, si les locaux vous recommandent de ne pas emprunter un chemin ou ne pas visiter un quartier, écoutez-les. Ils savent quels endroits peuvent être dangereux pour vous.

 

Mon conseil: cette recommandation s'applique aux personnes de la région que vous visitez. Par contre, si une personne habite Delhi et n'a jamais visité le Bastar, n'écoutez pas son conseil de ne pas vous rendre dans ce district. Les médias indiens ont tendance à relayer surtout "ce qui fait vendre": le conflit avec les naxalites. Mon blog est très apprécié par les Indiens parce qu'il montre une facette totalement différente de cette incroyable région tribale, et les incite à la visiter.

  

16. Ne laissez pas les autres vous transmettre leurs peurs.

Surtout avant vos premiers voyages, beaucoup de gens risquent de vous communiquer leurs propres peurs: vos proches qui n'ont jamais ou peu voyagé et s'inquiètent pour vous, d'autres voyageurs qui veulent se faire passer pour de super héros ou passent leur temps à être sur la défensive, des connaissances recommandées du fait qu'ils sont originaires du pays visités mais n'y ont en fait jamais mis les pieds ou dramatisent...

 

Mon conseil: Bien que certains guides et sites incitent à communiquer votre itinéraire prévisionnel à l'ambassade de France du pays visité, je ne le fais jamais. Si j'avais écouté l'ambassade de France à Bangkok, je ne serais jamais allée en Birmanie ni dans le nord-est du Cambodge. 

 

17. Osez dire "non".

Si une situation vous met mal à l'aise, n'hésitez pas à dire non. Mettez votre politesse et votre peur de froisser de côté. Vos interlocuteurs préfèreront que vous soyez francs et directs avec eux plutôt qu'une situation de malaise.

Ce conseil est particulièrement vrai avec les hommes, et dans les bus. Dans certains pays, les Occidentales ont malheureusement la réputation d'être faciles. Certains hommes se montrent très directs. Ne tournez pas autour du pot et faites clairement savoir que vous n'êtes pas intéressée.

Petite anecdote: au Vietnam, j'ai eu droit à un speed dating dans un bus local! Plusieurs jeunes hommes se sont succédés l'un après l'autre sur la place à côté de moi. Les quelques minutes de conversation se sont clôturées à chaque fois de la même façon: "do you want to sleep with me tonight?" "No". Tout s'est passé avec le sourire, dans une ambiance bon enfant.

 

Conseil: Si votre interlocuteur ne veut pas comprendre, inutile d'être discrète. Haussez le ton pour attirer l'attention des autres passagers. L'importun prendra vite ses distances. Rassurez-vous, malgré de nombreux voyages solos, je n'ai appliqué cette méthode que deux fois (au Sri Lanka, destination que je déconseille aux femmes voyageant seules, où un homme profitait de l'affluence du bus pour me toucher les seins; en Inde, où mon voisin de bus se collait à moi de façon très insistante et ne voulait pas se déplacer malgré la place libre à côté de lui).

 

18. Astuces pour communiquer.

Vous constaterez vite que les gens font généralement beaucoup d'efforts pour communiquer avec vous. Souvent, on vit de grands moments d'échange sans avoir besoin de mots.

Néanmoins, un mini-guide de conversation est un excellent moyen pour communiquer facilement.

Il existe également des guides d'illustrations. Le Guide du Routard édite notamment un "Gépalémo". Il suffit de montrer le dessin correspondant.

Pour la Chine, il existe un guide extrêmement pratique mais semble t'il plus édité: le oui-non de chinois. Chaque rubrique correspond à une situation de voyage: à l'hôtel, au restaurant, à la gare, etc. Chaque question utile est indiqué en français et caractères chinois. Il suffit de montrer la traduction chinoise, sachant qu'il s'agit uniquement de questions fermées. Votre interlocuteur pourra donc vous indiquer la réponse d'un signe de tête.

 

Mon conseil: en Chine, il m'est arrivé de sortir mes guides de conversation et de voyage dans un train, de façon à rompre la glace avec les passagers. Le succès a été total, avec un gros attroupement pour discuter avec moi. Un sourd et muet Chinois, appréciant cette ingénuosité, est venu m'apporter un papier avec son adresse afin que je lui rende visite.

 

19. Adoptez le comportement des locaux et respectez les.

Dans certains pays, les gestes d'affection en public sont très mal vus. Si vous avez un doute sur la conduite à tenir, observez les locaux et calquez votre attitude sur la leur. Même un baiser sur la joue peut être très mal perçu.

Alors que je visitais l'île d'Eléphanta au large de Bombay (Mumbai), un couple d'Allemands se tenait entre moi et la statue de la triple Divinité. La jeune femme portait une jupe qui s'arrêtait à peine à mi-cuisse (très inconvenant en Inde). Son compagnon, quant à lui, lui caressait les fesses. Devinez qui a eu des ennuis avec le vigile? Les jeunes Indiens qui contemplaient la scène, très amusés et excités!

Ce couple n'en est pas resté là. Sur le bateau du retour, ils se sont appropriés le seul banc 3/4 places, s'étalant au maximum pour que personne ne se mette à côté d'eux. Au bout d'un moment, une Indienne âgée a demandé à s'y asseoir. Ils ont fini par daigner se pousser un peu, en montrant bien qu'ils étaient très mécontents. La pauvre femme n'a eu qu'un tout petit bout pour elle.

 

India

 

Mon conseil: Même si vous commettez un impair, il y a peu de chances pour qu'on vous le fasse savoir. Si vous sentez une gêne ou un non-dit, n'hésitez pas à demander si votre attitude est correcte ou non. En tant qu'Occidental, vous ferez généralement l'objet d'un grand respect. N'en abusez pas et montrez au contraire que vous êtes tout aussi respectueux. Evitez notamment de critiquer ouvertement la culture du pays. On a le droit de ne pas être d'accord, mais il y a une façon de faire passer le message, tout en douceur... Exemple en Inde: je n'ai jamais critiqué le système des castes ou la condition de certaines femmes. Par contre, je communique largement sur le respect que j'éprouve pour chaque être humain, que je considère comme mon égal. C'est une des raisons pour lesquelles je suis si populaire en Inde.

 

20. Adaptez votre tenue vestimentaire.

Hollywood a largement contribué à diffuser l'image d'une femme européenne facile. Il est donc d'autant plus important de ne pas en rajouter. Sans aller jusqu'à adopter la tenue des locaux, à moins que vous ne la trouviez jolie et pratique, évitez les tenues dénudées et trop près du corps. De même, ne vous prélassez pas en bikini sur la plage si les locales ne le font pas. Non seulement vous montrerez votre respect de la culture locale, mais cela vous évitera aussi de vous sentir mal à l'aise à cause des regards, sifflements ou paroles.

De même pour les hommes, banissez le short et le torse nu dans les pays où les locaux ne l'adoptent pas.

Soyez encore plus vigilent pour les lieux religieux, où vous serez parfois amener à également vous couvrir la tête et enlever les chaussures. Là encore, regardez ce que font les locaux.

 

Mon conseil pour la plage: Adoptez le long tissu type paréo / sarong / batik, à la fois léger à transporter, peu encombrant et pratique pour se changer, voire même se baigner.  

 

21. Spécial filles: "pipi".

S'il y a bien une chose qu'il est utile de connaître pour nous les filles, c'est de savoir demander les toilettes. En Asie, le mot utilisé pour inciter les bébés à uriner ressemble souvent au bruit. L'avantage de connaître notre équivalent du mot "pipi", c'est que les gens le comprendront, quelque soit leur dialecte, du moins en théorie. En Chine notamment, votre interlocuteur aura du mal à croire que vous parlez le mandarin et que vous dîtes vraiment "xuxu" (prononcer chu chu). Mais si vous faites mine de vous asseoir en même temps, il n'y aura plus d'équivoque... juste des éclats de rire! Le mot indien est très similaire: "sou sou". Les Indiens préfèreront cependant lever l'auriculaire, droit ou gauche peu importe, vers le ciel, paume tournée vers eux. Si vous demandez les toilettes de cette façon, votre côte de popularité fera un bond!

 

Mon conseil: si le pictogramme est en caractère chinois ou indien, suivez les femmes. En Chine, le caractère femme ressemble à une chaise de camping. Préparez-vous à l'épreuve des toilettes publiques communes, notamment en Chine.

 

Caractere chinois femme

 

22. Le papier toilette.

Selon le pays, vous pouvez avoir des difficultés à trouver du papier toilette. Sachez néanmoins que de plus en plus de guesthouses en mettent à votre disposition. Plutôt que d'emporter d'encombrants rouleaux, j'opte pour les mouchoirs en papier. En Inde, les toilettes sont souvent équipées de jet, soit directement dans la cuvette, soit sous forme de douchette. N'est-ce pas finalement plus hygiénique?! Attention cependant à l'humidité qui peut provoquer des inflammations urinaires si vous êtes fragiles.

 

Mon astuce: j'emporte toujours des lingettes bébés, qui me permettent également de me rafraîchir le visage quand il fait très chaud. Après usage, je les mets dans un petit sac plastique comme ceux qu'on trouve dans les trains de nuit français. Les poubelles publiques peuvent être rares et j'ai pour principe de ne jamais jeter dans la nature, et de montrer également aux locaux ces gestes pour l'environnement.

 

23. Optez pour le visa à l'arrivée si c'est possible.

Certains pays proposent cette procédure, très souple et rapide. Si vous habitez la province, cela vous évitera des déplacements à l'ambassade parisienne ou le recours à un service par correspondance.

Vérifiez juste que vous possédez tous les documents nécessaires à la demande. N'oubliez pas de vérifier la date de fin de validité de votre passeport. Une fois le visa délivré sur place, vérifiez bien que les dates sont bonnes.

D'autres pays proposent une procédure en ligne préalable, comme le Vietnam, qui permet de tout préparer avant le départ et de recevoir le visa à l'arrivée.

Assurez-vous que vous n'avez pas l'obligation de payer dans une devise particulière en espèces. Si c'est le cas, prévoyez en conséquence ou assurez-vous qu'il existe des distributeurs ou bureaux de change avant le bureau d'immigration.

 

Mon astuce: bien que cette procédure puisse paraître angoissante la première fois, elle permet bien plus de souplesse. Parfois, le tarif est moins élevé. Détail intéressant: il y a souvent moins de monde à ces guichets qu'aux guichets classiques. Vous gagnerez donc sûrement du temps!

 

24. Gardez une copie des documents importants.

Sauvegardez à la fois en ligne et prévoyez des photocopies, notamment de votre passeport et visa.

Il vous sera très certainement demandé des copies pour l'achat d'une carte sim et de certaines autorisations spéciales pour les zones à accès limitée.

Des photos d'identité vous seront aussi généralement utiles. Attention pour l'Inde, le format est très particulier. Vous n'aurez pas d'autre choix que d'opter pour un photographe professionnel, en France ou sur place.

 

Mon conseil: gardez ces photocopies à un endroit différent de l'original. Si vous perdez votre passeport, fournir sa copie accélère le processus (du moins paraît-il puisqu'heureusement je n'ai jamais eu ce problème).

 

25. Si vous empruntez les bus locaux.

Evitez autant que possible les bus de nuit, bien trop dangereux.

Lors de mon dernier voyage en Inde, l'office de tourisme du Chhattisgarh a mis à ma disposition une voiture avec chauffeur. Sur la route pour les chutes de Chitrakote, le parcours de nuit a été particulièrement angoissant. Dans les virages, les chauffeurs de camions et bus se déportent de l'autre côté de la route sans se soucier de ce qui arrive en face de vous.

Essayez de prendre les compagnies les plus réputées car plus sûres.

Que ce soit en Asie ou en Afrique, j'ai surnommé leur mode de conduite "la conduite au klaxon". Quand quelqu'un veut doubler, qu'un autre véhicule arrive en face ou pas, il klaxonne et se déporte. Il n'est pas rare de voir trois véhicules occuper la même portion de route en même temps.

 

Mon conseil: les chauffeurs comptent la plupart du temps sur leur(s) divinité(s) pour ne pas avoir d'accident... Quant à moi, je me dis que le chauffeur a déjà fait plein de voyages sans accident et qu'il n'y a pas de raison que l'accident arrive cette fois-ci (c'est tout ce que j'ai trouvé!). Je privilégie le train quand c'est possible.

 

26. Pour laver le linge.

J'ai toujours un petit savon de marseille dans mes bagages. Je l'utilise plutôt rarement. Dans presque toutes les guesthouses, vous pourrez donner votre linge à laver pour quelques euros seulement. Vous trouverez également des laveries.

 

Mon conseil: vous avez tellement mieux à faire et tant à découvrir. Ne vous embarrassez pas avec la lessive! En plus, vous récupérerez votre linge très certainement repassé. 

 

27. Acceptez d'être déstabilisé.

Quand on voyage sur un autre continent, on est forcément confronté à une culture un peu ou très différente de la nôtre. 

Je vous avoue que c'est le côté du voyage que je préfère: me sentir bousculée dans mes idées, valeurs, sortir de ma zone de confort, apprendre de toutes ces différences, etc.

Il y a quelques années, un couple de collègues, malgré mon conseil de plutôt commencer par l'Inde du Sud pour son tout premier voyage hors de France, est allé en Inde du Nord. Au bout de quelques jours, je recevais un message désespéré. La différence avec la France était si grande et ce couple si peu préparé psychologiquement qu'ils étaient en panique totale, se méfiant de tout le monde et de tout. Ils suspectaient même leur chauffeur de taxis de vouloir les dévaliser... parce qu'il voulait les inviter dans sa famille et se montrait trop sympathique. Leur faible anglais n'arrangeait pas la communication avec les locaux. En clair, ils ne comprenaient rien au pays et étaient très destabilisés. Ils pensaient même à écourter leur voyage!

Je leur ai tout de suite répondu avec des mots rassurants, et pour qu'ils sentent également qu'ils n'étaient pas livrés à eux-mêmes sans contact avec le monde extérieur. J'ai notamment expliqué que l'Inde destabilise toujours et provoque toujours des sentiments très forts: soit on adore, soit on déteste. Leur sentiment était normal. Je les ai rassurés sur leur chauffeur, en leur expliquant que c'est un comportement très fréquent en Inde, où l'hospitalité est bien différente de chez nous. Mon courriel les as tellement réconfortés qu'ils se sont détendus, ont poursuivi leur voyage et en gardent un excellent souvenir.

 

Mon conseil: Ayez conscience que vous serez peut-être destabilisé et acceptez-le. Si vous connaissez d'autres voyageurs, confiez-vous à eux. Ils trouveront sûrement les mots pour vous rassurer. Si vous n'en connaissez pas, écrivez-moi et je vous aiderai.

 

28. Vous êtes libre d'être un touriste.

Voilà le grand débat parmi les voyageurs! Il y a même une blogueuse qui en a fait le titre de son blog: "je ne suis pas une touriste, je le jure".

Quoi qu'on en dise, tout voyageur est un touriste si on reprend la définition des dictionnaires. Qu'on fasse du tourisme balnéaire ou responsable, c'est bien toujours le mot "touriste" qui est utilisé.

J'ai beau m'intéresser davantage aux gens et à la préservation des traditions et cultures locales, je n'en reste pas moins une touriste. Et pourquoi mon mode de voyage serait-il mieux que celui des autres?

Dîtes-vous bien que l'important, c'est de faire ce qui VOUS correspond. N'écoutez pas les critiques sur votre façon de voyager. Aujourd'hui, un couple vit des voyages aventureux à l'autre bout du Monde, sans aucune planification. Demain, peut-être ressentira t'il le besoin de tout organiser à l'avance parce qu'il aura des enfants. Vous commencerez peut-être par un voyage où vous voudrez tout planifier et ne visiter que des endroits très célèbres. Demain, vous aurez peut-être envie de vous lancer dans quelque chose de plus aventureux. Optez pour ce que vous aimez et avez envie de faire.

Sachez aussi que rares sont ces "aventuriers" qui prennent vraiment le temps d'une découverte en profondeur du pays qu'ils visitent. Ils ont souvent un itinéraire qu'ils veulent absolument parcourir et ne passent souvent qu'un ou deux jours maximum à chaque endroit.

 

Mon avis: Vous pouvez très bien sortir des sentiers battus en marchant aux alentours des sites très touristiques. A Bagan en Birmanie et à Angkor au Cambodge, j'ai pu découvrir la vie des locaux en m'éloignant un peu des "circuits balisés". A Yangshuo en Chine du Sud, j'ai marché le long de la rivière Li au lieu de faire du bâteau ou du vélo. 

Et si vous n'avez pas envie de sortir des sentiers battus, c'est votre droit!

 

 

 

En résumé:

1. Trouvez des contacts sur place avant votre départ.

2. Achetez une carte sim locale.

3. Prévoyez de l'argent liquide.

4. Constituez une trousse médicale.

5. Protégez-vous des moustiques.

6. Vérifiez les vaccins indispensables.

7. Essayez la nourriture locale .

8. Utilisez de l'eau en bouteille.

9. Prévoyez un itinéraire.

10. Réservez la première nuit d'hôtel

11. Comment trouver des hébergements confortables.

12. Renseignez-vous sur les forums ou auprès d'autres voyageurs.

13. Souriez et parlez aux gens.

14. Soyez sûrs de vous.

15. Ecoutez les conseils des locaux.

16. Ne laissez pas les autres vous transmettre leurs peurs. 

17. Osez dire "non".

18. Apprenez à communiquer autrement.

19. Adoptez le comportement des locaux et respectez les.

20. Adaptez votre tenue vestimentaire.

21. Apprenez comment dire "pipi".

22. Utilisez la douchette aux toilettes, et prévoyez des lingettes bébé.

23. Optez pour le visa à l'arrivée si c'est possible.

24. Gardez une copie des documents importants.

25. Faites attention sur la route.

26. Utilisez les services de laverie des guesthouses.

27. Acceptez d'être déstabilisé.

28. Vous êtes libre d'être un touriste.

 

 


 

 

Je suis très curieuse d'avoir votre retour sur cet article!

Ces conseils vous ont-il rassurés? Vous sentez-vous prêts à organiser votre premier voyage indépendant à l'autre bout du Monde?

 

J'essaie de trouver de nouvelles idées pour rendre ce blog plus convivial et j'aimerais votre avis:

Aimeriez-vous pouvoir télécharger une version PDF de cet article?

Souhaiteriez-vous que certains articles soient au format podcast (audio) ou vidéo?

Seriez-vous intéressés par des mini-séminaires d'échange, où vous pourriez en plus poser toutes les questions que vous souhaitez pour organiser votre voyage?

 

Contactez-moi si vous souhaitez que je vous aide à organiser votre prochain ou premier voyage solo, ou vous accompagne.

 

 

Voyage à la carte dans le sud-ouest de la France et ailleurs

Envie d'horizons lointains ? Si le voyage hors de nos frontières vous attire mais que vous avez la peur légitime de la première fois, je peux vous aider à organiser le voyage de vos rêves et vous guider pendant toute sa durée. A raison de deux voyages par an en Afrique, en Asie et en Europe depuis plus de 10 ans, et de voyages régulièrement organisés pour les amis, vous pouvez vous reposer sur mon expertise pour réaliser en toute sécurité le voyage de vos rêves.

De Novembre 2016 à Avril 2017, je serai en Inde. Contactez-moi si vous souhaitez que je vous guide et vous fasse bénéficier de ma connaissance du pays.

 

Vous souhaitez découvrir la culture basco-landaise? Pour une expérience au plus près de la culture basco-landaise, vous serez hébergés dans un appartement privatif de ma maison et j'organiserai votre programme de découvertes en fonction de vos goûts. Randonnée en montagne, spécialités culinaires, vins locaux, festivals méconnus... Que ce soit côté français ou espagnol, vous découvrirez des endroits et traditions que même beaucoup de locaux ne connaissent pas!

Ce service est proposé uniquement du mois de mai au mois d'octobre.

 

Remplissez le formulaire en détaillant votre besoin et je vous contacterai rapidement. Un questionnaire plus détaillé vous sera envoyé afin de déterminer vos goûts et vos envies. 

 

Stéphanie LANGLET sur Google+

astuce voyage

6 votes. Moyenne 5.00 sur 5.