Un portrait, une histoire...

Quelques unes des rencontres marquantes de mes voyages...

En Chine dans l'ancienne province tibétaine de l'Amdo.

En Indonésie à Sulawesi en pays toraja et Bali.

Dans les Backwaters du Kerala en Inde du Sud.

  • Vieille femme tibétaine au Gansu...

    Vieille femme tibétaine

    La partie des deux provinces voisines du Gansu et du Qinghaï que j'aie visitée est approximativement au centre de la Chine et située sur l'ancienne route de la soie. Cette région constituait en partie l'ancienne province tibétaine de l'Amdo.

    Le village de Langmusi ressemble à un bout du monde. Il se situe dans l'extrême sud-ouest du Gansu. On peut continuer vers le sud et le Sichuan par une très mauvaise route. En Chine, même les villages semblent de taille démesurée par rapport aux nôtres. Ce n'est pas le cas de Langmusi. Les habitants sont essentiellement tibétains et on trouve quelques Huis (musulmans). Pratiquement tout le monde porte encore les tenues et coiffes traditionnelles tibétaines. La plupart des routes ne sont que des chemins. Aucun quartier n'a été détruit pour être reconstruit "à la chinoise". Les maisons ont gardé leur charme authentique et la culture est encore très forte. Les deux monastères résonnent des claquements de mains des moines en train de débattre. La nature est préservée et prodigieuse. Partout, on trouve des vestiges tibétains. Et ici, on pratique encore le rituel des funérailles célestes.

    Au retour des visites du site de funérailles et des monastères, nous avons croisé cette vieille femme tibétaine. J'adore la chaleur de son sourire...

    Vidéo de moines tibétains en train de débattre à Tongren

    Vidéo du site des funérailles célestes de Langmusi

  • Kérala : le maquillage noir des enfants...

    Petite fille du Kerala maquillée au khôl

    Au Kérala notamment, les très jeunes enfants sont magnifiquement parés de khôl. Celui-ci est sensé protéger les yeux de l'ardeur du soleil, mais on voit bien sur cette photo qu'il est aussi utilisé comme maquillage.

    Cette photo a été prise sur le ferry public se rendant à Allepey. Je venais du Tamil Nadu via la réserve de Péryar. Ces ferrys ne coûtent que quelques roupies pour un voyage très pittoresque. Nombre de touristes louent des house boats, de grands bateaux en bois pour une croisière romantique de plusieurs jours sur les backwaters. On voit défiler ces belles et grandes embarcations au fil de l'eau, leurs occupants paisiblement installés sur le pont. J'avoue qu'au charme de ce moyen de locomotion, je préfère l'ambiance des ferrys publics. Le contact avec la population, l'observation de la vie à bord, les sourires, les péripéties, les arrêts toutes les quelques minutes... C'est tout le charme de ces bateaux publics, impossible à trouver même à bord du plus luxueux des house boats des backwaters. L'aller retour Allepey / Changanessery fut un vrai bonheur pour ça.

     

  • Sulawesi, Ballapeu : la vieille femme et l'enfant...

    Femme toraja et son petit-fils

    Comme je me suis gelée toute la nuit dans le tongkonan à Ballapeu dans la vallée de Mamassa, je n'ai pratiquement pas dormi. Alors que nous grimpons vers un point de vue, je n'arrête pas de glisser et de tomber. Je suis tellement agacée que je décide de faire demi-tour et de retourner au village. Je ne retrouve plus le chemin et je me perds entre les maisons. Une vieille femme travaillant dans son jardin m'indique par où passer. Je la remercie et continue à avancer mais je suis très vite interpelée. "Bonjour ! Qu'est-ce que tu fais là ? Tu es perdue ?" "J'ai passé la nuit ici à Ballapeu dans un tongkonan. Je montais au point de vue avec des amis, mais je glissais trop. Je retourne au village." "Tu veux un café toraja ?" Comment refuser une telle proposition ? Je grimpe sur la terrasse du tongkonan et nous discutons confortablement installés dans des fauteuils. La famille du bébé de la veille passe près de nous, tout endimanchée. Ils se rendent à la messe et sont tout surpris et contents de me voir là. Fièrement, ils expliquent à mes hôtes le moment que nous avons passé ensemble dans les rizières. Après un bon moment, Steph et notre guide nous rejoignent. La guide a les larmes aux yeux, totalement paniquée à l'idée de ne pas me retrouver alors que nous avons des téléphones portables... Cette vieille femme est arrivée depuis de longues minutes. Elle ne cesse de me regarder, intriguée et le visage plein de bienveillance. Son petit-fils a les mêmes magnifiques yeux que sa maman qui les rejoindra un peu plus tard. Merveilles de Toraja... 

  • Sulawesi : entre rizières et montagnes...

    Bebe toraja

    Au grand dam de notre guide, arrivés à Ballapeu après une jolie randonnée, Steph et moi on en voulait encore et nous avons donc décidé de la laisser se reposer dans la maison de nos hôtes torajas et de partir à l'aventure dans les environs. Après une longue marche dans la montagne, nous nous sommes retrouvés face à un buffle... Heureusement, son propriétaire n'était pas loin et a écarté son animal du passage. Il nous a proposé de le suivre tout en bas pour regarder et photographier les femmes travaillant dans les rizières. Le vieil homme pieds nus en tête, je ferme le convoi. Steph et lui filent à travers la végétation. Bien vite, je ne les vois déjà plus. J'essaie de les suivre à leurs voix. Au bout d'un moment, Steph ne me voyant plus m'interpelle. "Je suis loin derrière, j'essaie désespérément de vous suivre sans me vautrer..." Je finis par les rattraper. Lorsque les femmes nous aperçoivent, elles sont heureuses de notre intérêt. Après quelques photos, une vieille femme nous entraîne vers une maison sur pilotis. C'est incroyable de voir que des gens peuvent vivre seuls ici, au milieu de nulle part. Le joli  petit minois de la photo était tranquillement installé à l'extérieur. La vieille femme nous a fait grimper dans la pièce unique de la construction. Au fond, une autre femme était en train de préparer un repas. Nous nous sommes assis par terre et on nous a offert de ce délicieux café toraja dont nous raffolions, ce pur délice, mélange d'arabica et de robusta. Puis on nous donna à chacun une grande assiette pleine de riz blanc... Echange de regard entre Steph et moi : il est environ 16h, nous commençons à en avoir assez du riz, surtout nature, mais nous ne pouvons pas refuser... Une à une, les femmes qui travaillaient dans les rizières pénètrent dans la pièce. Elles s'installent avec nous. Les plats se mettent à affluer : poisson fumé, poisson sauce coco, légumes coco... Nous voilà rassurés et nous mangeons notre riz accompagné de tous ces délicieux mets typiquement torajas.

    Après avoir remercié nos hôtes, nous nous apprêtons à reprendre le chemin du retour. Les femmes nous expliquent qu'elles rentrent elles aussi vers différents villages et vont nous accompagner. Notre troupe se met en route à travers de magnifiques paysages de rizières et de montagnes. Steph et moi sommes handicapés par nos grosses chaussures de randonnée pendant que le reste de la troupe se faufilent pieds nus entre les rizières. Une partie du groupe bifurque vers son village, d'autres personnes nous rejoignent, portant de gros coutelas et de gros sacs. Hommes, femmes, enfants, bébé, voilà Steph à la tête d'une véritable petite expédition !