Impressions du Vietnam : ce qui m'a agacée voire horripilée...

Le Vietnam ne jouit pas d'une très bonne réputation auprès des voyageurs du monde entier, à cause du comportement de certains Vietnamiens. Avant mon départ, j'avais entendu beaucoup de choses négatives, et quelques rares positives. J'ai effectivement vécu certaines situations pas très agréables, et certains ont même réussi à me faire perdre mon sang froid... J'ai croisé dans des lieux touristiques plusieurs voyageurs occidentaux tellement écoeurés par le mauvais accueil, qu'ils en étaient arrivés à fuir tout contact avec la population...
Le contraste entre villageois du nord et habitants des villes...
Le moins qu'on puisse dire, c'est que j'ai vraiment voyagé hors des circuits classiques. A part à Hanoi et Tam Coc, je suis souvent restée plusieurs jours sans voir de blancs et partout où je me suis promenée, l'accueil s'est montré à la fois curieux et chaleureux. La frustration a été grande en arrivant à Cao Bang où je me suis d'abord dit que ça ne faisait pas de mal d'être en ville. Cinq minutes et un couple de touristes blancs plus tard (j'avais presque fini par oublier leur existence...), mon esprit égaré s'est ressaisi pour m'échapper vers la campagne à Trung Khanh. Mais il a bien fallu continuer à descendre...
Cao Bang... Sans charme aucun, zéro service - on se débrouille avec ses sacs dans le bus - des guesthouses pourries, des minibus qui vous embarquent alors qu'ils ne passent qu'à proximité de votre destination... La petite anecdote... A la guesthouse on m'a accueillie sans quitter le portable, on ne m'a fournie ni papier ni serviette de toilette... ni aucune clé pour la porte... J'ai sermonné la jeune fille toujours rivée à son portable après ma douche : mon passeport traînait sur le comptoir sans surveillance... Le lendemain, elle ne le retrouvait plus alors qu'elle m'avait certifié le mettre sous clé ! Après maintes recherches y compris au bureau de police voisin, elle se souvenait l'avoir glissé sous d'autres affaires pour le cacher...
Lang Son... Malgré quelques jolies grottes et pagodes, mon souvenir restera le vol de mon étui d'appareil photos avec mes batteries de rechange et mes cartes mémoire... dans un lieu religieux (et certainement par une des personnes du groupe qui venaient de prier longuement...) ! J'ai de ce fait perdu un giga de photos originales, la plupart étant en format réduit sur skydrive heureusement. Levée à 4h le lendemain pour prendre le seul bus pour Hon Gai, je me suis retrouvée embarquée pour Hai Phong, débarquée à la mauvaise gare routière, obligée de prendre un bus local pour l'autre gare, un deuxième bus pour Hon Gai, pour finalement louper le bateau pour l'île de Quan Lan...
Hon Gai... L'ambiance est très relaxante, les gens relativement sympathiques; mais ce n'est pas le nord et les rires bêtes à mon passage ou le fait d'être montrée du doigt ostensiblement et sans me parler m'ont agacée assez vite... tout comme la rubrique suivante qui s'applique très souvent ici...
Les prix à la tête du client... Le prix d'une bouteille de thé au citron, fraîche, peut facilement varier de 10... à 20 000 Vnd. La traversée pour Quan Lan depuis Hon Gai coûte 130 000 dongs aller retour pour les locaux, aller simple pour les touristes... A Bac Ha, deux vendeuses - dont l'une accessoirement sniffait je ne sais quoi et en mettait dans ses boissons... - m'ont extorqué une somme faramineuse pour un simple jus de fruits pressés, réclamaient davantage et voulaient en venir aux mains !

La façon dont beaucoup veulent décider à la place des autres : s'abriter du soleil, fermer la fenêtre, faire la sieste, prendre un bus pour une destination juste proche de l'endroit où on se rend...
M'entendre peu gentiment asséner "you CAN speak vietnamese" alors que c'est précisément ce que je viens d'essayer de faire...
L'accueil déplorable dans les offices de tourisme... Il n'est pas étonnant qu'il n'en existe pas en France, la conception étant bien différente de la nôtre. A Sapa, le jeune homme n'a pas voulu me donner d'informations sur la fête de la minorité tay au prétexte qu'il ne donnait que des informations générales; il avait pourtant une connexion internet... Il s'est en plus agacé lorsqu'il a cru que je lui parlais de la fête de la mi-automne comme d'une fête spécifique à la minorité tay, et son racisme vis-a-vis des minorités était à peine voilé, ce qui m'a franchement horripilée...
A Cat Ba, la jeune fille s'ennuyait manifestement, n'avait aucune envie de se renseigner pour savoir si le bateau lent circulait et a finalement fini par m'incendier parce que je lui ai dit que j'achèterai le billet au kiosque et non auprès d'elle qui demandait 30 000 dôngs de plus. Elle n'appréciait pas d'avoir donné des informations gratuitement. Naïvement, j'imaginais que c'était le rôle d'un office de tourisme...
La façon dont certains nantis se comportent avec leurs employées. Ces pauvres femmes sont exploitées pour un salaire de misère, obligées pour certaines de parcourir plusieurs kilomètres à vélo, dans le noir et avec une mauvaise vue, pour venir travailler, se font insulter et traiter comme des chiens devant les clients...
L'agressivité et les moues de dégoût de certaines femmes vis-à-vis des touristes. Elles oublient manifestement qu'on peut préférer visiter... et faire profiter de notre argent... des pays où on est bien mieux reçus... Les Cambodgiens et les Birmans ont vécu et vivent encore des choses terribles, et pourtant...
Et je n'ai malheureusement pas souvent retrouvé cette ambiance de ferveur religieuse dans les lieux de culte, les discussions avec les moines. Un peu comme si le mot d'ordre principal était "business"...
Mais j'ai adoré ce voyage et vous expliquerai pourquoi !
Stéphanie LANGLET sur Google+

Vietnam

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !